Accueil » Chronique » Point de Vue: Comment serait le Hirak du Ramadhan?

Point de Vue: Comment serait le Hirak du Ramadhan?

Nous somme à deux semaines du mois sacré du Ramadhan qui arrive à grands pas. Cette année, le mois sacré en Algérie aura une autre saveur, celle justement du mouvement populaire pour le changement, qui a fêté avant-hier sa neuvième semaine avec ténacité, plus opiniâtre que d’habitude… Ceux ayant misé sur le temps, pour se réjouir de voir le mouvement fléchir, faute d’endurance, et bien, ils peuvent se rassurer car ils se trompent. Le mouvement continue à maintenir le cap, et advienne que pourra. Pas un seul en arrière jusqu’à satisfaction totale des revendications du peuple. Les masses populaires continuent à se tenir, sans failles, sur leurs positions, tant que le Commandement suprême de nos Forces armées, s’est engagé solennellement à protéger et être constamment à l’écoute de la vox populi. Tant que le mouvement s’est engagé pacifiquement depuis le premier jour et dont les buts et les motivations sont purement de portée nationales et nationalistes. Les derniers communiqués en provenance du CS de l’ANP laisse entendre que le peuple en révolte, l’ANP et les Services de sécurité militent pour une seule et même cause, celle de débarrasser le pays de ses  » entités  » nuisibles, ayant causé au pays des préjudices difficilement remédiables. Maintenant, reste à savoir comment seraient les marches et les mouvements de protestations pendant le mois sacré. Ce qui est sûr, c’est que l’on ne va pas baisser les bras. Que ce soit pendant les heures du jeûne ou après le repas de l’Iftar, peu importe ! L’essentiel est que l’on doit continuer à assiéger de partout les éléments de la pègre, jusqu’à trouver la solution radicale et définitive à cette pertinente question. A vrai dire, jusqu’à l’installation d’un pouvoir civil légitime, issu de la volonté populaire. Un pouvoir, selon une conception moderne ; c’est-à-dire démocratique et sociale, doté d’une justice indépendante et des Institutions élues fortes, sans oublier le renforcement des appareils de contrôle et des comptes. Et de toute évidence, avant tout cela, il faudra un débat national pour instaurer une nouvelle Constitution immunisée contre des éventuels manipulations des mains agiles malhonnêtes et malintentionnées. Voilà, nous sommes devant un long programme, un processus visant l’édification d’une nouvelle république. C’est difficile certes, mais ce n’est pas du tout, du tout impossible. C’est sûr que l’on va trébucher de temps à autre. Mais le plus long chemin commence par un pas …et une giboulée commence d’habitude par une seule goûte…
alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*