Accueil » Chronique » Pôle & Mic: A d’autres acquis !

Pôle & Mic: A d’autres acquis !

Gaïd Salah a menacé l’ancien du DRS, Toufik, que la prochaine fois, une plainte sera déposée contre lui. C’est du jamais vu dans l’histoire de l’Algérie où le patron de l’armée avertit un ancien des services secrets et en lui indiquant qu’il s’est bien réuni avec le clan du président. Pour certains, il s’agit d’une guerre de clans et pour d’autres un règlement de compte. Dans les deux cas, le citoyen n’est nullement intéressé par leur guéguerre ou différent, car le citoyen lutte pour un Etat de Droit. Toufik a aussi le droit de se réunir avec n’importe quelle personne. Si sa réunion portait atteinte à la sécurité de l’Etat ou visait à déstabiliser l’Etat, l’ANP ou une autre institution devrait, très vite, agir en le traduisant devant la justice. Pourquoi alors une telle menace ? Cette menace n’est pas «anodine», c’est comme si elle annonçait des mesures et des «actes» à venir contre le groupe de Toufik. Dans certains milieux politiques, on veut laisser croire que ce serait les réseaux de Toufik qui seraient derrière le Hirak et ce mouvement de protestation. Du délire ! Si Toufik pouvait faire sortir le peuple dans la rue, il aurait dû le faire bien avant lorsqu’il a été destitué ou quand Saïdani le discréditait en l’accusant d’être derrière la violence à Ghardaïa. Ce qui est certain, il y a une incompréhension de la part des hommes du pouvoir de la nature du mouvement de protestation. Ils cherchent qui seraient derrière au lieu de se pencher sur la nature des revendications. Pour eux, il serait impossible pour le peuple de manifester pacifiquement et sans leaders. Or, ils oublient que depuis une décennie, la classe politique avait fait du pacifisme son cheval de bataille dans ses actions et que ce Hirak n’est qu’une dynamique. Ils, les pauvres dirigeants, ont été out depuis le quatrième mandat au moment où Barakat manifestait contre leur candidat et lorsque le boycott des élections faisait rage. Ils n’ont pas pu voir venir. Ils ont cru que le citoyen est usé et n’osera pas se rebeller contre le pouvoir qui a semé la corruption et la hogra. Ils n’ont pas compris que s’entourer de médiocre précipitera leur départ. Aujourd’hui, Belaiz a remis le tablier, le citoyen veut que tout le pouvoir dégage. L’armée a indiqué qu’elle œuvre pour qu’aucune goutte de sang ne coule et protégera les manifestants. C’est le plus grand acquis de la Révolution malgré certains dépassements de la police que la DGSN réfute !

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*