Accueil » Régions » Mostaganem: Les comportements de certains conducteurs sont déconcertants

Mostaganem: Les comportements de certains conducteurs sont déconcertants

Sur les voies de la ville, à tout moment, on croise le danger et il devient difficile de conduire. Un danger qui peut venir de mauvais comportements de certains conducteurs irrespectueux du code la route. A Mostaganem, on assiste aujourd’hui à des agissements qui n’ont pas d’explication et qui sont trop déconcertants autant pour les usagers de la voie publique que pour les passants. On a la crainte bleue de conduire dans une  »jungle » où la prise de risque semble donc un élément naturel. Des conducteurs, de tous les âges, conduisent dans l’intolérance et le manque de politesse vis-à-vis des autres. En analysant la situation du trafic automobile dans la ville, nous nous rendons compte que ce fléau dû au non-respect du code de conduite devient une pratique assez courante mais embarrassante. Par conséquent, beaucoup de conducteurs s’abstiennent de conduire dans un tel climat périlleux. Certains comportements sur la route sont souvent les faits de jeunes: une vitesse excessive, une conduite imprudente, des courses, rouler sans ceinture, faire le rodéo etc… Ils représentent à la fois un danger pour eux-mêmes et pour les autres usagers. Mais, ce qui est alarmant dans ce manège, c’est aussi les autres, les aînés, ceux qui sont censés donner l’exemple, veulent occuper la voie en imposant leur mauvaise tenue en conduisant. Des taxieurs, mal formés, croient avoir la priorité partout où ils passent, l’érigeant en droit par la couleur jaune de leurs véhicules. Des livreurs, une profession désorganisée, se mettent partout, le temps d’une livraison même s’ils savent que leur arrêt peut causer des désagréments à la circulation. Ceux qui sont de profession chauffeurs, ne sont pas propriétaires, surtout ceux employés par les entreprises conduisent dangereusement et contribuent à créer la peur sur la chaussée. Ceux qui conduisent des vieux tacots, eux n’ont peur de rien, leurs véhicules sont des dangers roulants et sèment la terreur. Les chauffeurs d’autobus, même ceux de l’ETUM, ne respectent rien, ils deviennent de plus en plus dangereux. Ils occupent la voie aventureusement, ils s’arrêtent là où le client ordonne, ils obstruent la visibilité aux autres conducteurs en stationnant sur les ronds-points. Les motocycles, un autre danger qui se manifeste surtout à l’approche de la saison des chaleurs. Ni casque, ni connaissance du code de la route, ils se mêlent au désordre méprisant ainsi les principes de la bonne conduite. Mais il faut aussi souligner que les autorités locales ferment les yeux. Car elles sont informées uniquement du nombre d’accidents et du nombre de victimes mais ignorent pratiquement tout sur l’état de la chaussée et sur l’état des plaques de signalisation. C’est peut être aussi du fait qu’ils ne conduisent pas. Une situation malheureuse celle que nous vivons à Mostaganem mais une situation qui coûte cher au Trésor public.

À propos Charef Kassous

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*