Accueil » Régions » Hôtels Riadh, Azur Plage et complexe touristique de Sidi Fredj: Les travailleurs haussent le ton

Hôtels Riadh, Azur Plage et complexe touristique de Sidi Fredj: Les travailleurs haussent le ton

Les travailleurs du secteur du tourisme, plus précisément ceux de la côte ouest d’Alger, évoluent dans un vrai marasme suite à la détérioration de leurs situations socioprofessionnelles. Ils ont protesté, hier, et depuis une semaine, contre la détérioration de leur quotidien. Les travailleurs du complexe nous ont confié qu’ils comptent contester en procédant cette semaine à un rassemblement pour demander le départ pur et simple de ce directeur de l’EGT et celui du groupe HTT qui, en un laps de temps record, a considérablement nui à l’EGT de Sidi Fredj, provoquant par les travailleurs de ces complexes l’organisation de sit-in consécutifs au sein de leurs établissements afin d’interpeller les pouvoirs publics sur le bras de fer qui les opposent aux responsables de l’EGT et celui du HTT. Ils dénoncent aussi le parti pris du SG du syndicat, Kerrouchene Mohamed, qui, selon eux, ne défend pas les intérêts des travailleurs. Les révoltés fustigent contre la mainmise du PDG du groupe HTT, englobant l’hôtellerie, le thermalisme et le tourisme (ex-GES tours) pour la gestion chaotique de ce secteur. Ils s’insurgent contre ceux qu’ils ont qualifiés de dictateurs du secteur, accusés de spoliation et détournements des biens de l’Etat après que le ministre du Tourisme ait focalisé avant sa reconduction au secteur sur la nécessité de rattraper graduellement le grand déficit qu’enregistre la destination Algérie en matière de capacités d’accueil et ce, à travers le soutien et le renforcement de l’investissement en vue de la réalisation de 250.000 lits à l’horizon 2030. Une grève générale a été déclenchée, hier, à l’hôtel Riadh du complexe de Sidi Fredj par les travailleurs pour protéger les acquis et préserver en outre, les droits socioprofessionnels, nous disent-ils. Les protestataires que nous avons rencontrés au niveau de leur lieu de travail, étaient unanimes quant au rejet catégorique de la décision unilatérale de mutation de leur consoeur qui prépare sa retraite, vers le complexe, un endroit réputé, selon ses propos, pour fréquentation de moeurs légères. Ils se sont indignés contre ce comportement du SG du syndicat. Nos interlocuteurs nous signalent notamment le comportement irresponsable du juriste de cette entreprise de gestion touristique qui se comporte tel un despote, en menaçant les travailleurs de représailles, en leur lançant: «C’est moi la justice». Parmi les revendications, les travailleurs ne comprennent pas une telle gestion depuis le départ du partenaire libanais puisque cet établissement est passé du statut privé à celui étatique appartenant au groupe HTT. «Depuis, rien ne va plus», nous affirment-ils. Les travailleurs s’inquiètent pour l’avenir de leur établissement. Qui est responsable de ce chaos qu’endurent les travailleurs de l’hôtel Azur plage qui, eux aussi, ont contesté, hier, la mauvaise gestion de leur structure à cause de l’amateurisme, le clientélisme et les pots de vin au détriment du labeur des smicards parmi eux les agents de sécurité et les femmes de ménage. Même son de cloche chez les habitants du complexe touristique de Zeralda fermé pour travaux. Signalons à cet effet que lors d’une visite inopinée et informelle, mardi dernier, au complexe touristique de Sidi Fredj, après sa reconduction en tant que ministre puisqu’il avait promis de revenir le 31 mars dernier, le ministre du Tourisme, Abdelkader Benmessaoud, s’est encore une fois indigné contre la lenteur et le relâchement voire l’arrêt des travaux au niveau de l’hôtel El Marsa et celui de la rénovation du pavillon H3.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*