Accueil » Régions » El Tarf: On ne peut organiser des élections avec éléments de l’ancien régime

El Tarf: On ne peut organiser des élections avec éléments de l’ancien régime

Les jeunes, les moins jeunes, hommes, femmes, les personnes aux besoins spécifiques étaient hier sur la place de l’indépendance devenu un lieu commun à tous les Tarfis épris de justice et paix. Ceux qui désiraient depuis longtemps un changement radical du régime infesté de pourris à tous les niveaux. Les marcheurs sont passés hier à une vitesse supérieure intimant les corrompus et les corrupteurs de partir en laissant le pays d’un million et demi de chahid entre les mains de jeunes et des responsables honnêtes. Les manifestants plus nombreux que les autres vendredis criaient : Partez les trois «B» laissez le pays que vous aviez entaché de souillures. Des marcheurs que nous avions contactés, lors de cette manifestation grandiose, nous ont déclaré. Malek D: «Les trois «B» constituent une entrave pour la marche d’une Algérie nouvelle. Il a les trois B, vingt millions d’Algériens vous demandent de partir. Partez avec dignité. Vous vous accrochez à la Constitution. Vous ne l’avez jamais respecté. Partez, passez le flambeau aux jeunes pour construire leur destin. Un autre jeune enchaîne pour nous souligner. «Personnellement, je ne comprends pas pourquoi ces gens s‘accrochent alors que le peuple leur dise poliment: on ne veut plus de vous.Une jeune femme, présente depuis le premier vendredi, souligne: des partis, des responsables dans les rouages de l’Etat ont trahi la mémoire des chouhadas et du peuple. Ils méritent tous la guillotine au lieu de se vouloir positionner après Bensalah Ghair Salah lil Bilad. Hichem A. ne mâche pas ses mots: «On ne peut organiser des élections propres et honnêtes avec les mêmes figures de l’ancien système. Il ajoute: le peuple a une idée sur ces responsables irresponsables. Ils ont truqué les précédentes élections mêmes ceux qui se beurrent du système, ont dénoncé ces fraudes à grande échelle. «Je demande à Gaid Salah de tenir ses promesses puisque lui-même a traité ces personnes vomies par le peuple «de bandits», nous indique un jeune H.O. Pour ce huitième vendredi consécutif, les Tarfinois sont décidés scandant les mêmes slogans. Ils ont aussi dénoncé la répression des jeunes étudiants à Alger en les aspergeant d’eau, les journalistes humiliés et interpellés. La marche a commencé malgré le froid glacial de la grande mosquée du chef-lieu longeant l’artère principale avant de se regrouper sur la place publique de l’indépendance. Les citoyens brandissaient haut des slogans hostiles au régime et des pancartes sur lesquels on pouvait lire « Pas d’élection avant le départ des trois « B » et l’application des articles 7 et 8 Khawa Khawa Jich Chaab, Khawa khawa. Les manifestants drapés de l’emblème ont marché pendant une heure sous une pluie fine avant de se disperser dans le calme. Les services de sécurité suivaient de loin sans aucune intervention du fait que es marche est pacifique. Les jeunes conscients sont décidés à aller jusqu’au bout en balayant sur leur passage tous les symboles du régime ainsi que les partis qui ont cautionné la présence du clan mafieux pendant des années en pillant la richesse de l’Algérie. Ensuite, des groupes se sont scindés en groupes pour nettoyer les lieux de toutes les ordures. Notons que les marches ont eu lieu aussi au niveau des communes de la wilaya d’El Tarf dans le calme sans aucun incident notable.

À propos Tahar BOUDJEMAA

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*