Infos
Accueil » Actualité » Depuis Oran, Gaid Salah annonce: «L’ANP accompagnera la période de transition»

Depuis Oran, Gaid Salah annonce: «L’ANP accompagnera la période de transition»

Le chef d’Etat-major veut revenir en de meilleurs sentiments vers les Algériens, en les rassurant de la mise en état de nuire des corrompus et oligarques car, dit-il, depuis la capitale de l’ouest: «Nous rassurons l’opinion publique que la question s’étendra à tous les dossiers précédents, comme l’affaire d’El Khalifa, de Sonatrach et du Boucher». A peine 24 heures depuis l’application de l’article 102 par l’installation du président du Sénat, Abdelkader Bensalah, en tant que président de la République conformément à la Constitution amendée en 2016 par l’ex-président démissionnaire Abdelaziz Bouteflika pour une durée de 90 jours, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale, a affirmé, hier, depuis la capitale de l’ouest, Oran, que l’ANP accompagnera la période de transition destinée à la préparation de l’élection présidentielle et veillera à son suivi dans « le strict respect des règles de transparence et d’intégrité et des lois de la République. Selon le vice-ministre de la Défense qui avait incité à l’application des articles 7,8 et 102, celui-ci a annoncé que la période de transition, destinée à la préparation des élections présidentielles, se ferait avec l’accompagnement de l’Armée nationale populaire qui veillera au suivi de cette phase, eu égard de la confiance réciproque entre le peuple et son armée, dans un climat de sérénité et dans le strict respect des règles de transparence et d’intégrité et des lois de la République ». Le général de corps d’armée a déploré l’apparition, au début de cette nouvelle phase, de tentatives de la part de « certaines parties étrangères » d’imposer certains individus comme « représentants du peuple en vue de conduire la phase de transition, afin de mettre en exécution leurs desseins visant à déstabiliser le pays et semer la discorde entre les enfants du peuple, à travers des slogans irréalisables visant à mener le pays vers un vide constitutionnel et détruire les institutions de l’Etat », indique un communiqué du MDN. Il a relevé qu’il est « irraisonnable de gérer la période de transition sans les institutions qui organisent et supervisent cette opération et ce, eu égard des conséquences découlant de cette situation qui pourraient compromettre tout ce qui a été réalisé depuis l’indépendance à ce jour, en termes d’acquis et de réalisations qui demeurent la fierté des générations ». Le chef d’état-major a souligné en outre que « la justice qui a recouvert ses pleines prérogatives, est désormais en mesure d’entamer des poursuites judiciaires contre toute la bande impliquée dans les affaires de détournement et de dilapidation des fonds publics et que la question s’étendra également aux affaires de détournement précédentes. Signalons toutefois que les protestataires dans la capitale algéroise ont repris, hier, leurs mouvements de protestation suite à la nomination de Abdelkader Bensalah comme chef d’Etat et qu’ils demandent incontestablement le départ de ce qu’ils ont qualifié de 3.B, c’est-à-dire Belaiz, Bensalah et Bedoui.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*