Accueil » Sport » Après sa défaite en match en retard face au MCA MCO : Peur sur le maintien !

Après sa défaite en match en retard face au MCA MCO : Peur sur le maintien !

Sans que cela ne surprenne vraiment les observateurs de la scène footballistique nationale, le Mouloudia d’Alger, bien qu’amputé de pas moins de neuf éléments, s’est imposé sans coup férir devant son patronyme oranais pour le compte de la mise à jour de la 22ème journée du championnat de Ligue 1 Mobilis. Reporté deux fois de suite pour des considérations extra-sportives, ce classique, disputé mardi au stade du 5-juillet 1962 (Alger) n’a, ainsi, pas souri aux Rouge et Blanc d’El-Hamri, pourtant mieux préparés qui se sont inclinés sur un unique but, inscrit par Frioui à six minutes du coup de sifflet final, soit à la 84ème.
C’est avec beaucoup de regrets, donc, et autant de colère que les nombreux supporters oranais qui avaient effectué le déplacement à la capitale sont revenus, bredouilles. D’autant plus que le MCO avait les clés du match en main, notamment à la demi-heure de jeu lorsque l’arbitre de la rencontre siffla un penalty parfaitement valable en faveur des protégés de Jean-Michel Cavalli après une faute d’Arous sur Mekkaoui. S’étant chargé d’exécuter la sentence, l’avant-centre Rachid Nadji se loupera totalement, offrant à Chaâl l’occasion de briller.
Conséquences directes, à l’issue de ce match, le MC Alger se hisse provisoirement à la 4ème place avec un total de 38 points et un match en moins à disputer face au CS Constantine, se positionnant ainsi à une longueur du Paradou AC (3ème, 39 pts). Quant au Mouloudia d’Oran, qui reste scotché à la 10ème place avec 28 points, le maintien parmi l’élite prend de plus en plus l’allure d’une mission doublement difficile. Cela dans la mesure où, en dépit de toutes les motivations financières du partenaire Hyproc et de la direction de Baba, de tous les encouragements des supporters et des remontrances de Cavalli, les coéquipiers du capitaine Sebbah Zine El-Abidine continuent de décevoir. Surtout en matière de grinta et d’implication. Il leur reste désormais cinq rencontres, dont deux seulement à domicile face au Chabab de Constantine et au Nasr d’Hussein-Dey pour espérer contredire cette vérité du terrain et sauver le club d’une relégation qui fait peur à toute une ville.

À propos Seïf-Eddine R

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*