Accueil » Régions » Facebook – marches pacifiques – et protestations: Et si octobre 88 m’était conté

Facebook – marches pacifiques – et protestations: Et si octobre 88 m’était conté

Le front social bouillonne et le malaise a touché tous les secteurs de l’activité humaine. Universitaires – Syndicalistes – Simples Citoyens- Avocats – Magistrats – Pompiers – Patriotes – Gardes Communaux. En somme, Saida, à l’instar des autres villes du pays, vit chaque vendredi après la Grande Prière au rythme de la Protesta et parfois quotidiennement. Au delà de la lecture que l’on puisse faire autour de ces manifestations pacifiques, on a oublié les émeutes du mois d’Octobre 1988 qui ont eu lieu à cette époque et ont été le déclic pour de nombreuses réformes politiques et pourtant, cette date semble avoir été jetée aux oubliettes ainsi que les Martyrs de cette Révolution qui a coûté la vie à plus de 300 victimes sans oublier ceux qui ont été portés disparus.
A Saida, durant cette époque, des jeunes ont déclenché des émeutes dans plusieurs quartiers de la ville. Ils sont sortis dans la rue crier leur ras-le-bol au parti-Etat qu’était le FLN. Un violent soulèvement qui a fini par gagner toutes les wilayas du Pays – Un violent séisme populaire qualifié durant cette période par l’ex-ambassadeur d’Algérie en France, Abdelkader Bendaoud, de « Chahut de Bambins ». Octobre 88, les manifestants ont été fortement réprimés- la torture était au rendez-vous. Des centaines de jeunes notamment des militants de Gauche et des Syndicalistes ont été interpellés et sauvagement torturés dans des commissariats – casernes et postes de Gendarmerie. Peu de temps après, cette explosion populaire a mené des Réformes Politiques. Le Multipartisme – la Naissance de la Presse Indépendante et le Pluralisme Syndical en étaient les plus importantes….Une nouvelle Algérie était ainsi née. Une date qui pourtant 29 ans après semble ne signifier plus rien à cette nouvelle génération qui depuis la Première Marche du 22 Février continue toujours de Marcher chaque vendredi, encadré par une Police qui agit en toute discrétion. La seule différence que l’on constate dans cette colère de la rue, c’est que Chacun se considère comme étant le Leader du Mouvement et les ralliements à la cause du mouvement populaire s’intensifient …et bien sûr, les retournements de veste avec. Drôle d’époque et drôles d »hommes avec qui nous vivons.
A plus forte raison c’est qu’à Saida tout se sait – tout le monde se connaît et rien ne se cache. Personne ne veut rater ce train en marche – Allusion faite aux soutiens de Bouteflika et son clan présidentiel et que tous les Saidis qualifient comme étant des opportunistes élevés aux hormones de la magouille. Ajoutant à cela, les réseaux sociaux qui enflamment tout le monde y compris les gamins pas plus haut que 03 pommes et dont certains n’arrivent pas à faire la différence entre Liberté d’Expression – de Pensée et Communication dans certaines informations fournies par des Internautes dénuées de toute fiabilité. Certains usent d’invectives touchant la dignité des personnes visées. Avec l’avènement de Facebook, de fausses informations vont bon train au point où de nombreux citoyens croient tout ce qui est balancé dans les réseaux Sociaux et tirent leurs propres conclusions. Des individus servent de relais pour propager des fausses informations en les amplifiant de radotages de bas étage et de commerces souvent nuisibles aux personnes mises en cause. Il faut dire que Facebook a fait perdre la Raison à plusieurs pécheurs en eau trouble- les plongeant dans la plus sombre des schizophrénie donnant lieu à tous les délires. Se faisant les champions de toutes catégories de balivernes à travers leurs Textos et se proclamant pour la grande cause locale, ils s’érigent en grands purificateurs -redresseurs de torts- protecteurs farouches de Saida et gardiens émérites du programme de la remise à niveau de la Wilaya. L’Homme jaloux de sa ville émet des critiques constructives. Et quand on veut jouer aux Objecteurs de Conscience il faut être soi-même irréprochable et arrêter de coller des étiquettes aux autres. C’est bien – c’est beau – c’est noble – c’est généreux et c’est même courageux de s’inquiéter du sort de sa Wilaya et de ses Habitants …mais certains Saidis à qui on ne la ferait pas, disent d’une manière décourageante aux détracteurs : « Il ne faut pas jouer aux Riches quand on n’a pas le Sou ou il ne faut pas jouer aux Purs quand on a des Poux. Alors arrêtons ces mensonges sur la Toile et autres palabres de Rue car tout cela réduit à néant les objectifs de la Communication – via Facebook que l’on croyait un moyen d’élévation pour notre Société. Selon un enseignant universitaire en communication, accosté par hasard lors de la Manif de ce vendredi dernier, il nous a déclaré que « Facebook chez nous dans le Bled est devenu un Champ ou toutes les dérives sont possibles tant que l’anonymat est maintenu autour des auteurs d’actes attentatoires et souvent, ce sont des personnes inconscientes et sans formation qui vont vers la démesure du moment que c’est le seul moyen et contact pour chercher la célébrité et attirer le regard des officiels « avant d’ajouter » qu’elles sont facilement manipulables avec des objectifs inavoués. » Allez à bon entendeur Salut !

À propos Ould Ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*