Accueil » Chronique » Pôle & Mic: Ils s’accusent !

Pôle & Mic: Ils s’accusent !

Et voilà que Saïdani est de retour en accordant un entretien à TSA pour tenter de «disculper» Bouteflika, tout en affirmant qu’il aurait été contre le cinquième mandat. L’ancien boss controversé du FLN n’a été ni tendre avec Ouyahia, ni avec les anciens du DRS, tout en se targuant d’avoir revendiqué un Etat civil et en allant au front contre l’ancien patron du DRS. Pour Saïdani, Bouteflika est «inapte» à gouverner et que c’est Ouyahia qui serait le décideur. Il dira : « Je ne parle pas des conseillers ou des personnes, mais des institutions. Le directeur de cabinet de la Présidence est le premier responsable de tout ce qui se passe dans cette institution. Il veille sur toutes les procédures administratives et les décisions du Président. Il possède même le cachet de la Présidence». Pour mieux tenter de convaincre ou de «bluffer», il indique: «C’est Ouyahia qui a écrit les lettres (du Président, NDLR) avec son secrétaire. C’est lui qui se charge de l’envoi du parapheur et de son retour. Il décide comme il l’entend, nomme, met fin aux fonctions, fait la promotion. Ce n’est donc pas le Président qui est responsable». C’est quoi ce délire ! Saidani pense que le citoyen est «dupe» et qu’il serait manipulé par l’ex-DRS qui voudrait «nuire» à Gaid Salah. Amar Saïdani n’a jamais dénoncé une telle pratique ou s’est exprimé contre le cinquième mandat. Au contraire, il s’est confiné dans un silence total en s’exilant en France. Et quand il s’exprime sur l’affaire de la saisie des 700 kg de cocaïne, il la qualifie de tentative de déstabilisation du pays sans donner le moindre argument et en innocentant Kamel « le boucher ». Il n’a, d’ailleurs, pas dit mot sur les déclarations de l’ex-DGSN qui lui avaient valu d’être sa destitution. Saïdani oublie qu’il a toujours défendu bec et ongle le système. Pourquoi donc n’a-t-il pas dénoncé Ouyahia avant cet épisode? Ouyahia ne tardera pas à réagir. Peut-être que l’entretien de Saïdani ne viserait qu’à créer une tension» et détourner les regards du citoyen sur le Hirak. L’actuel SG du FLN n’a pas trouvé mieux que d’atténuer la crise au sujet des déclarations de Khaldoun pour indiquer que les déclarations de ce dernier ne reflètent pas les positions du FLN comme quoi l’ex parti unique ne serait pas favorable à une participation à la conférence nationale. Au RND, certains tentent de faire descendre en flamme Ouyahia pour tenter de remettre leur parti sur la scène alors qu’ils n’ont jamais «osé »» le critiquer avant le Hirak. Enfin, ils s’accusent mutuellement pour tenter de se retrouver une «virginité» politique.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*