Accueil » Sport » Les joueurs réclament leurs arriérés de primes et salaires: Grève à l’ASMO

Les joueurs réclament leurs arriérés de primes et salaires: Grève à l’ASMO

Alors qu’ils devaient s’entrainer hier en perspective du choc à venir face au leader du classement de la Ligue 2, les Vert et Blanc de M’dina J’dida ont préféré boycotter cette séance pour protester contre le retard accusé dans le versement de leurs arriérés de primes de matches.
Ce débrayage des coéquipiers du milieu de terrain Haddad s’est voulu une manière forte et ferme d’exprimer leur mécontentement après le faux pas posé par leurs dirigeants.
Alors qu’ils avaient déjà encaissé dix millions de la prime de victoire face au Rapid de Relizane sur les quinze promis, les asémistes réclament les cinq millions restants.
Tout comme ils attendaient avec impatience les deux autres millions de centimes de la prime du match nul obtenu au stade Messaoud-Zeggar d’El-Eulma face au Mouloudia local de laquelle ils avaient perçu six millions sur les huit promis.
Las de promesses non tenues et d’attentes de plus en plus longues, les Vert et Blanc de l’ASMO ont accordé à leur direction vingt-quatre heures de plus pour leur verser les sept millions de centimes qui restent des primes des deux rencontres sus-mentionnées.
Consciente que cette situation de grève pourrait déboucher sur des conséquences désastreuses pour l’avenir de leur club en Ligue 2, les dirigeants oranais ont affirmé que ce problème d’ordre financier serait réglé .
‘’Si jamais nous ne recevons pas les sept millions de centimes ce mercredi matin, nous remettrons ça’’ répliquaient à leur tour les joueurs, comme pour montrer les crocs et confirmer leur intention commune de ne rien lâcher, d’autant plus qu’ils ont, en parallèle, exhorté la même direction à leur verser deux mois de salaire avant la réception du NC Magra au stade Habib Bouakeul, le 2 avril prochain.
Les poulains de Salem Laoufi laissent même entendre qu’ils n’ont pas écarté l’idée de boycott du choc face au Magra au cas où le mois de mars se consumait sans pour autant que leurs comptes bancaires ne soient alimentés par ces deux mensualités.

À propos Seïf-Eddine R

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*