Accueil » Chronique » Point de Vue: Les scénarios possibles?!

Point de Vue: Les scénarios possibles?!

                                «Les calamités arrivées à leur comble, enfantent souvent d’étonnantes révolutions».                                  Euripide: un sage grec du Vème siècle avant JC.

D’ici le 28 mars prochain, quels scénarios pourraient–on pronostiquer sur la situation qui prévaut dans le pays? C’est difficile de se faire une idée juste sur ce qui est probable de se produire d’ici là. Tout ce que nous avons de neuf et décidément d’important, comme information, c’est bien que les syndicats autonomes refusent de coopérer avec le gouvernement Bedoui, fraîchement installé. Les syndicats – au nombre de 13- longtemps exclus et bannis par les pouvoirs publics, sont, apparemment, en train de prendre leur vengeance. Maintenant, l’UGTA avec tout son imposant poids, n’est plus capable d’accomplir cette délicate mission, pour la simple raison qu’elle est, à son tour, exclue et bannie par les forces du changement. Voilà, nous sommes devant une crise « originelle » qui est en train – si vous voulez – de se « mitoser » en une multitude d’autres crises. Tout se passe sur un fond de manque de confiance et de crédibilité entre les masses populaires en grogne et les pouvoirs publics, représentés par le gouvernement Bedoui. Mais, Bedoui et son gouvernement ne sont pas imposés d’eux-mêmes. Ils ont été placés par les forces de l’ombre, dans une tentative de contenir le mouvement populaire en colère. Façon de tenir le bâton du milieu, la démission d’Ouyahia et le remplacer par le ministre de l’Intérieur Bedoui, n’a pas pour autant calmé les esprits qui lèvent un peu plus haut, à chaque occasion, le ton et le seuil de leurs revendications. Parmi celles-ci, l’on exige le départ de toutes les figures du gouvernement précédent et on opte, en revanche, pour une personnalité indépendante propre et non partisane. Finalement, les « décideurs » vont-il réussir à se débrouiller cette personnalité avec les critères précités? D’ici là, on verra ! Faudrait-il également impliquer les forces extérieures, dans cette crise ? Effectivement ! Les puissances étrangères – façon de parler- notamment les USA, la France et La Russie. Cette dernière qui, semble-t-il, veut bien avoir un droit de regard sur ce qui se passe chez nous, ne veut plus dans l’avenir se cramponner au stade du simple fournisseur en armement. Les USA plus intéressés par les hydrocarbures plus à qu’à autre chose, cherchent une stabilité leur garantissant la sécurité des pipelines. Les Français, quant à eux, bien qu’ils soient noyés jusqu’au cou dans le bourbier des « gilets jaunes », ont compris le message des forces du changement, selon lequel la France, serait directement impliquée au cours des 15 dernières années dans ce qui s’est passé en Algérie et ayant fini dans la crise actuelle.
alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*