Infos
Accueil » Économie » Des nouveaux scandales éclaboussent le complexe touristique: Mais que se passe-t-il à l’EGT de Sidi Fredj?

Des nouveaux scandales éclaboussent le complexe touristique: Mais que se passe-t-il à l’EGT de Sidi Fredj?

La date du 31 mars a été retenue par le ministre du Tourisme et de l’Artisanat pour la résiliation du contrat qui lie l’entreprise de gestion touristique de Sidi Fredj au partenaire turc après constat de visu de l’arrêt des travaux et le laxisme dans la finalisation du projet après 03 mises en demeure. Mais que se passe-t-il à l’EGT de Sidi Fredj qui est l’entreprise de gestion touristique, pour que tous les projets soient à l’arrêt à quelques encablures de l’ouverture de la saison estivale. Dans sa dernière visite inopinée au complexe touristique de Sidi Fredj, le ministre du Tourisme a sérieusement pris à parti le DG de l’EGT pour le relâchement et partant, l’arrêt des travaux pour les projets cédés de gré à gré avec le partenaire turc «Gentes» et les entreprises «Chaibi et Condor». Pour rappel, Mohamed Khacef, DG de l’EGT, a été sérieusement malmené et mis à l’index par Ben Messaoud à cause de l’amateurisme voire carrément l’arrêt des travaux de rénovation du pavillon H3 et ceux de l’hôtel El Marsa qui sont situés au niveau du complexe touristique de Sidi Fredj, hier, fleurons de l’industrie touristique. Les travaux peinent à être réalisés et le responsable est accusé de complicité pour le non suivi et la parfaite violation du cahier de charges à l’approche de la saison estivale. Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat a affiché sa totale désapprobation de la qualité des travaux du pavillon qui, après 03 mises en demeure, la résiliation du contrat avec le partenaire turc «Gentes» n’a pas encore eu lieu. Des scandales ont éclaboussé depuis quelque temps cette EGT au moment où on parle d’éjection du patron du groupe HTT Lazaar Bounaffaa qui aurait été complice de cette déliquescence de la chose touristique par la nomination du DG de l’EGT en parfaite violation de la circulaire ministérielle qui précise que les DG des EGT doivent bénéficier d’un niveau appréciable d’étude c’est-à-dire avoir une licence et justifier de 04 années d’études après le Baccalauréat. Ce n’est pas le cas du DG de l’EGT de Sidi Fredj qui n’est autre qu’un ex-comptable dans le préscolaire. Mohamed Khacef a été nommé intérimaire à la tête de cette Entreprise de gestion en septembre 2017 après l’éjection de l’ex-PDG de la Safex, Rachid Gacemi, de son poste de DG de l’EGT de Sidi Fredj. Depuis un an et demi à sa nomination au poste de premier responsable, Mohamed Khacef règne en maître sur ce complexe, en attribuant des marchés de gré à gré à son entourage, généralement une clientèle réputée pour des mœurs légères. Il a attribué, selon notre source concordante, 02 appartements à l’hôtel «El Manar» de Sidi Fredj et un appartement au niveau du complexe «Azur» pour sa compagne Moufida Amrani dite Mme Dalila, selon notre source concordante. Celle-ci, c’est-à-dire Mme Dalila, qui est très contestée par le personnel, est accusée par les responsables de ne pas payer ses redevances qui sont de l’ordre d’un chèque sans provision plafonnant le 1.500.000 DA comme dû pour cette location à l’hôtel. Le DG de l’EGT a encore cédé le restaurant «Corso», situé au complexe touristique pour une location de 03 mois à la même personne qui est sa partenaire avant qu’elle ne devienne sa nouvelle épouse, récemment pour mieux camoufler son forfait et ses tractations dans les biens de l’Etat. Mohamed Khacef a accordé cet avantage à sa partenaire pour transformer le restaurant en «cabaret» qui fait actuellement l’objet d’enquête par la gendarmerie selon les propos du nouveau chef de brigade. Devant la propagation des fléaux tels que la prostitution dans ce restaurant devenu lieu de débauche, les services de sécurité ont procédé à sa fermeture selon toujours notre source. Mme Dalila qui fait la pluie et le beau temps dans ce complexe devenu, au côté de son nouvel époux qui n’est autre que le DG, une propriété privée dans les biens de l’Etat. Ces deux partenaires sont encore allés très loin dans leurs utilisation et dilapidation des biens de l’Etat, en squattant le parking de l’hôtel «El Marsa» afin de le transformer en espace pour jeux d’enfants soit un marché de gré à gré cédé à sa nouvelle épouse dite Mme Dalila sans payer les frais du parking depuis une année. Pour rappel, les travaux de rénovation de l’hôtel El Marsa sont aussi à l’arrêt et le marché a été octroyé à un autre bureau d’études que celui cédé du temps où Ben Merdai était ministre du Tourisme et dont cette enveloppe financière s’est évaporée. Les services et avantages accordés à Mme Dalila par Mohamed Khacef, ex-comptable, sont nombreux sans oublier notamment l’installation d’une sorte de buvette à l’entrée du complexe sans contrepartie financière telles les aires de jeux sans oublier notamment l’installation d’une khaïma pour le Ramadhan 2018 sur le terrain du Casif de Sidi Fredj et qui a provoqué la discorde entre Khacef et la directrice de l’hôtel El Manar. Mohamed Khacef, après la sévère mise en garde par le ministre, comptait louer le club 71 qui était un cabaret un ciel ouvert fermé pendant le Ramadhan 2018 à un particulier sous forme de marché de gré à gré. Des va-et-vient incessants de commerçants sont remarqués quotidiennement au siège du bureau de ce directeur, situé au niveau du Casif de Sidi Fredj qui, pour rappel, n’a jamais bénéficié d’un lifting en dépit des sommes colossales qui se sont évaporées. Le DG de l’EGT, actuellement sur la sellette, continue de sévir en procédant à des licenciements en vrac de tout le personnel et surtout les agents de sécurité par la prise de décision unilatérale et avec la complicité du partenaire social. Pour l’heure et selon notre source, le salaire de ce nouveau DG de l’EGT plafonne les 28 millions de centimes, alors que celui d’un agent de sécurité est égal au SNMG soit 18.000 DA. Les travailleurs du complexe nous ont confié qu’ils comptent contester et procéder cette semaine à un rassemblement pour demander le départ pur et simple de ce directeur qui, en un laps de temps record, a considérablement nui à l’EGT de Sidi Fredj.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*