Accueil » Oran » Implantés à Hassi Bounif, USTO et Hai El Yasmine: Les marchés de proximité dans la wilaya, un fiasco total

Implantés à Hassi Bounif, USTO et Hai El Yasmine: Les marchés de proximité dans la wilaya, un fiasco total

Délaissés et non achevés, certains marchés de proximité réalisés, au niveau de plusieurs quartiers et communes de la wilaya, dans le but d’éradiquer les espaces de vente informels, n’ont pratiquement jamais servi. A l’image de celui de l’USTO, Il est ainsi complètement délaissé par les autorités locales et par les commerçants qui préfèrent occuper les trottoirs. Et pourtant, une enveloppe budgétaire a été allouée pour le remettre en état de service, et ce, pour réguler un tant soit peu l’activité commerciale. De son côté, le marché de proximité de Haï Echahid Mahmoud à Hassi Bounif, connaît le même sort, alors qu’il a coûté la bagatelle de 500 millions de centimes. Pour leur part, les responsables communaux se rejettent les accusations et n’ont à ce jour trouvé aucune solution fiable pour redonner à cette infrastructure l’âme pour qu’elle contribue efficacement à l’essor de l’activité commerciale dans la région, par voie de conséquence absorber le chômage dans un milieu où l’oisiveté gagne toujours du terrain. Nonobstant l’état de dégradation dans lequel il se trouve, le marché pourrait selon les jeunes du quartier redynamiser l’activité commerciale dans la région, étant donné qu’il donnera la chance à d’autres jeunes de se prendre en charge et exercer une activité digne et porteuse de bénéfices. Ceci dit, à cause de la nonchalance des responsables locaux, le marché a peu de chance d’attirer les investisseurs du fait qu’il soit devenu un abri pour les bandits et par la force du temps et l’incivisme de certains, une décharge sauvage d’ordures. « Il ne sera jamais attractif tant que le ‘’souk’’ est délaissé. Ce marché de proximité est peut être condamné à la fermeture », affirment, dépités, certains commerçants et autres riverains. L’infrastructure commerciale en question, qui entre dans le cadre du programme du président de la République et réalisé à coups de milliards devait, en effet, permettre l’éradication définitive des marchés informels, mais qui est censé appliquer les directives ? Un autre cas est à signaler au niveau du quartier de haï El Yasmine. Cet édifice sert les malfrats et malheureusement contribue à la délinquance de nos jeunes au lieu de devenir un endroit pour réussir son gagne-pain. Devant cet état de fait et l’insouciance totale des responsables, n’est-il pas temps de changer la vocation de ces infrastructures pour qu’elles puissent servir à quelque chose, affirment les jeunes. En tous cas, la décision est dans le camp des autorités qui ont le devoir de réagir pour permettre aux jeunes de réussir leur vie.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*