Infos
Accueil » Actualité » 4ème marche pacifiste à Alger: Le Pouvoir a encore raté sa sortie

4ème marche pacifiste à Alger: Le Pouvoir a encore raté sa sortie

Hier, les manifestants qui sont revenus en force, par milliers, convergeant vers les grandes artères de la capitale algéroise ainsi que dans les autres villes du pays, ont exprimé encore une fois leur ras-le-bol de l’évolution des évènements dans la nation. Curieusement, les rues, avenues et boulevards d’Alger n’étaient pas quadrillés par le renfort de policiers anti-émeutes auxquels ils nous ont habitués tout au long de ces jours à travers les différentes marches qui ont eu lieu à Alger pour protester contre le 4ème mandat. La marche d’hier qui a commencé plus tôt que prévu et à laquelle ont répondu favorablement les protestataires, a été émaillée comme à l’accoutumée par un déferlement d’une marée humaine qui était scindée en plusieurs groupes arpentant même plusieurs ruelles, devant ce grand rush. Alger centre est devenu le ralliement des manifestants qui viennent tôt de plusieurs quartiers de la capitale (Bab El Oued, Staouéli, Kouba, Zéralda ou de Bab Ezzouar) et de chaque parcelle de ce pays pour s’opposer comme ils le font d’ailleurs depuis le 22 février dernier après l’annonce du dépôt de dossier de candidature du président sortant au niveau du Conseil constitutionnel pour briguer un autre mandat qui est le 5ème. Depuis, les choses ont évolué d’une manière vertigineuse à commencer par la prétendue arrivée du président Bouteflika de Genève après son séjour pour examens médicaux et ensuite la démission d’Ahmed Ouyahia de son poste de Premier ministre et la nomination de Bedoui et Lamamra comme Premier ministre et vice Premier ministre. Devant cet état de fait, les Algériens continuent toujours à contester ce qu’ils ont qualifié d’usurpation en l’absence d’un président absent et qui n’a plus communiqué avec le peuple depuis son fameux discours à Sétif en 2012. Les protestataires sont revenus, hier, rejeter énergiquement ce qu’ils ont qualifié de mascarade toutes les mesures entreprises par le Pouvoir entre autres la prolongation du 4ème mandat et la tenue d’une conférence nationale. Les décideurs semblent ne pas comprendre le langage de la rue qui est en colère et qui ne demande ni plus ni moins que le départ pur et simple du système. Les contestataires défilent encore et toujours à Alger qui n’a pas eu un moment de répit cette semaine puisque squattée par les manifestants des différentes franges de la société à commencer par les étudiants, les lycéens, les avocats, les journalistes, les magistrats, les handicapés et les enseignants qui sont venus grossir les rangs de la population algéroise qui crache sa révolte dans la rue, seul espace d’expression. La rigueur, la discipline et le pacifisme étaient comme à l’accoutumée le seul mot d’ordre des manifestants, hier, à Alger où les marcheurs exhibaient avec fierté l’emblème national tout en entonnant l’hymne KASSAMAN. Alger vibre aux couleurs de la victoire émanant des gorges de ces jeunes, combien désorientés et qui ont su s’exprimer avec dignité pour dire « halte à la mascarade, nous aspirons à un avenir serein ». Les hélicoptères continuent de vadrouiller, dans le ciel algérois, tapis des couleurs de la fête avec ce contraste, du blanc et du sang de nos glorieux martyrs qui se sont sacrifiés pour libérer le pays des griffes colonialistes. Ce qui a provoqué le mécontentement de la rue, reste incontestablement la sortie fracassante des deux Premier et vice Premier ministre dans la conférence, jeudi dernier, au CIC à Club des Pins à l’ouest d’Alger. Pour l’heure, le peuple rejette énergiquement les partis, l’opposition ou simplement les charlatans «politico-politiciens» qui ont échoué dans leur stratégie avortée pour la récupération de la fête des Algériens. Ils ont été rejetés puisque non représentatifs quant aux 20 candidats qui ont déposé leurs dossiers de candidature au niveau du Conseil constitutionnel, ils sont désormais archivés au niveau de cette institution selon la version officielle.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*