Accueil » Chronique » Point de Vue: Déjà, la quatrième semaine

Point de Vue: Déjà, la quatrième semaine

Nous sommes à la quatrième semaine du mouvement populaire de protestation. Le peuple tient bon et il est, parait-il, plus déterminé que jamais de remporter la victoire finale. Le peuple ne désire pas la destruction du pays. Il veut plutôt un changement dans le système politique, pas un changement de surface, mais, réellement un changement radical de fond… Ce sont des exigences un peu dures pour un système rompu aux bêtises et aux laisser-aller. L’on a l’habitude à chaque fois que l’on présente un quelconque danger, de procéder à quelques opérations de maquillage superficiel, afin de convaincre les gens et laisser croire que le changement a été bel et bien fait… Pourquoi, les gens ne veulent pas rentrer chez eux? Et bien, pour la simple raison qu’ils n’ont eu la réponse satisfaisante de la part des «décideurs»… Le problème, c’est quelques «hommes politiques » traitent le peuple comme s’il était une pléiade d’enfants sans raisonnement. Pour être plus clair, il faudrait le dire en face, que depuis le 22 février passé, les mesures prises par les «décideurs» afin de calmer le jeu ou bien pour contourner le mouvement, ont, malheureusement pour eux, abouti aux résultats contraires à ce qu’ils attendaient …Plus le Pouvoir commet une connerie, plus les citoyens deviennent plus têtus et plus exigeants. Au lieu de chercher les solutions sages et adéquates pour la situation qui y prévaut, afin d’éviter plus de pourrissement, l’on a l’impression que l’on est en train de booster les choses vers la déchéance. Si comme si, l’on est en train de faire éteindre un incendie à l’aide d’un produit inflammable. Je vaudrait insinuer par là, le «film hollywoodien» de la démission du Premier ministre sortant et d’autres mises en scènes que tout le monde avait vues, il y a quelques jours. Même, la dernière intervention médiatique du nouveau Premier ministre fraîchement désigné et son adjoint a été mal appréciée par la plupart des citoyens. Le discours dans sa forme comme dans son fond, était peu convaincant. Le corps algérien résiste désormais, aux somnifères. Entre les plans des politiques et les ambitions du mouvement populaire pour le changement, il existe toute une vallée… L’interface est loin d’être réalisée, à l’exception que le régime en place apprendra à connaître le langage clair et net des masses en mouvement. Ils veulent du changement, c’est tout. Faire semblant de rien entendre ou de ne comprendre, ce ne sera pas la bonne solution. Au moment où je suis en train de rédiger ces quelques modestes lignes, dehors, les vagues populaires sont en mouvement… A bon entendeur!
alkaderdz62@yahoo.fr

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*