Accueil » Chronique » Point de Vue: Comment serait le vendredi 15?

Point de Vue: Comment serait le vendredi 15?

«Sous quelque gouvernement que ce soit, la nature a posé des limites au malheur des peuples. Au delà de ces limites, c’est ou la mort, ou la fuite, ou la révolte» Denis Diderot

Les prémices sont là, sur place. Le mercredi, les enseignants d’Oran et des environs, avaient organisé un sit-in devant l’Académie «Direction de l’Education» de la Wilaya d’Oran. Le corps enseignant ne voulait pas rater une telle occasion pour dire ce qu’il pense sur se qui se passe dans le pays. L’on est cependant à cheval, pour les préparatifs du vendredi 15, qui va être, sans nul doute, un vendredi chauffé à blanc. Malheureusement, la partie adverse continue la stratégie infructueuse de la provocation. Donc, le peuple doit à son tour prouver, qu’il n’est pas un peuple de gamins. La version donnée par la partie adverse, quant au sort du président de la république est loin de convaincre tout le monde. Ce sont justement ces agissements à l’aspect puéril, ourdis par des gens, se croyant les as de la tromperie et de la fourberie, qui vont souffler sur les tisons, afin de transformer ces petites étincelles faciles à dominer, en des grands incendies, impossibles à maîtriser. Nous aurions aimé, que ces gens du pouvoir, ces «soit- disant stratèges» cette crème de la société algérienne agissent autrement: C’est-à-dire avec plus de précaution, de lucidité et de discernement. «Nous n’avons pas le droit à l’erreur»;  avait annoncé Ramtane Lamamra, le vice premier ministre fraîchement désigné, à RFI. Et pourtant, les erreurs se succèdent et se ressemblent. Nous n’avons pas le droit à l’erreur certes, il n’y a pas de discussion là-dessus, parce que le peuple algérien n’est plus ce que l’on croyait être. Notre peuple n’est pas uniquement en train de faire des miracles. Mais, il est en train d’apprendre aux autres comment faire des miracles. Il commence déjà à servir de modèle, pour les autres peuples partageant son cas et ses péripéties. Ce sera aux autres de changer leurs comportements et leurs réactions, plutôt émotives humoreuses que politiques calculées. Les services de sécurité, enfants légitimes du peuple, d’où ils sont issus, avaient dès le début de cet historique feuilleton, choisi leur camp… ils n’ont pas d’autre partie à prendre hormis la cause juste de leurs concitoyens. Ils savent bien où elle en est arrivée cette situation déplorable dans leur chère patrie. Ils savent également que les individus composant ces marrées humaines, ne sont pas là pour rouspéter sur leurs intérêts personnels.. Ils sont là pour l’intérêt général da la nation algérienne. Saluons donc et continuons!
alkaderdz62@yahoo.fr

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*