Accueil » Régions » L’information à Mostaganem: Certains responsables semblent ignorer la presse

L’information à Mostaganem: Certains responsables semblent ignorer la presse

A Mostaganem, les citoyens sont avides d’informations car les journalistes ne les informent pas assez et à ces derniers on leur fait de la rétention d’informations. Un dilemme qui ne dit pas son nom. La population de Mostaganem ignore beaucoup sur les activités de certains secteurs car les responsables se muent dans leur silence. Tout le monde a besoin de savoir des choses sur les activités qui le concerne, sur l’évolution de ces dits secteurs et sur les perspectives. A notre connaissance, l’information qui intéresse le lecteur ce n’est pas uniquement celle de l’événementiel, pas seulement des manifestations, ni celles des journées portes ouvertes mais surtout celle qui touche le quotidien du citoyen à tous les niveaux. Beaucoup de responsables de secteurs donnés s’abstiennent à présenter à la presse leur bilan. L’information pour être objective, complète et intéressante pour le citoyen, ne doit pas être uniquement portée sur les activités du chef de l’exécutif. Tous voudront savoir ce qui se passe, tous veulent suivre l’évolution de tel ou tel secteur. A défaut, le journaliste devra se contenter de faits divers souvent d’aspects négatifs même si c’est de l’information. Tous ceux qui recherchent une information donnée iront naviguer sur les pages facebook des daïras, des APC et directions de wilaya mais malheureusement beaucoup de pages sont stériles et n’informent de rien. Le journaliste à Mostaganem fait souvent du porte à porte pour arracher l’information pour la mettre à profit du contribuable. Il appelle, il tente de prendre rendez vous, certains acceptent de le recevoir, d’autres tentent des échappatoires pour cause d’agenda, mais quelques uns même, en leur qualité de responsables de secteurs refusent des entrevues avec la presse. Les causes du refus c’est l’argument de demander l’autorisation à x avant de faire des déclarations. Les journalistes à Mostaganem comme ailleurs ont le devoir d’informer le citoyen et si l’information est objet de rétention il y a alors un problème qu’il faut résoudre. A défaut de point de presse, de conférences, de tables rondes avec les journalistes, le citoyen se noie dans le vague. Les journalistes ont, de tout temps, contribué à l’élan de développement, par la critique constructive apportant aux décideurs des suggestions sur les situations qu’ils n’arrivent pas à percevoir. A Mostaganem, on informe les gens sur des faits innocents mais on ne peut pas les informer sur le pouvoir d’achat, sur le bilan d’activités du port, ni du bilan de l’Agence de Développement social, ni du taux de chômage, ni de la suspension du directeur de l’Agence Foncière … ni de rien. La conception de journalisme responsable c’est de transmettre une information issue d’une source autorisée. Elle stipule entre autres que le lecteur doit connaître les réalités sur le mode de gouvernance auquel il est assujetti.

À propos Charef Kassous

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*