Accueil » Santé » Mokhtar Hasballaoui et Meriem Chorfi pour la santé mentale des enfants: Le prélude à l’installation d’autres commissions en 2019

Mokhtar Hasballaoui et Meriem Chorfi pour la santé mentale des enfants: Le prélude à l’installation d’autres commissions en 2019

La Santé mentale nécessité d’une coordination de la prise en charge des patients entre les secteurs public et privé. Raison pour laquelle le ministre de la santé, Mokhtar Hasbellaoui, a coprésidé avec la déléguée nationale de la protection de l’enfance, et présidente de l’Organe national de la protection et de la promotion de l’enfance, l’ex juge des mineurs Mme Meriem Cherfi a la commission thématique en charge de la santé mentale et du bien-être psychologique de l’enfant. De son côté, Pr Tabti a affirmé que cette commission, s’est réunie tard dans l’après-midi d’avant- hier juste après son installation et elle a comme mission principale de s’atteler à l’élaboration d’un plan d’action visant la prévention mentale pour la catégorie des enfants, un plan permettant de traiter cette question de dimension nationale à travers notamment le diagnostic des cas enregistrés tout en œuvrant à leur prise en charge. Cette commission thématique a été installée au niveau du service de pédopsychiatrie, au sein de l’établissement hospitalier spécialisé de Cheraga, dirigé par le Pr. Abdelmadjid Tabti. Elle est dédiée à la santé mentale des enfants, a été installée à Alger, en vue d’assurer leur bien-être psychologique et veiller à la préservation de leurs droits, à travers le suivi sur le terrain, par une équipe constituée de près de 20 membres de différentes spécialités. La déléguée nationale a annoncé l’organisation, en 2019, de visites de terrain dans plusieurs wilayas afin de s’enquérir de la situation des enfants et de procéder à la sensibilisation et à l’élargissement du travail de proximité et de coordination selon des mécanismes définis en concertation avec le réseau des associations de la société civile. Constituée de près de 20 membres de différentes spécialités, des pédopsychiatres, psychologues, éducateurs et journalistes, cette commission aura pour mission la prise en charge des problèmes inhérents à la santé mentale des enfants et adolescents, en réalisant une étude sur le terrain et en examinant des thématiques bien définies (choisis par ses membres).Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui a coprésidé avec la déléguée nationale de la protection de l’enfance, et présidente de l’Organe national de la protection et de la promotion de l’enfance, Mme Meriem Cherfi, l’installation de cette commission présidée par le service de pédopsychiatrie, au sein de l’établissement hospitalier spécialisé de Cheraga, Pr. Abdelmadjid Tabti. Elle aura également en charge la santé mentale de l’enfance en réalisant des études sur le terrain, l’examen de thématiques définies, choisies par ses membres et axées sur la santé mentale chez les enfants, a affirmé Mme Meriem Cherfi. »D’autres commissions thématiques seront installées en 2019 au niveau de l’ONPPE » parmi lesquelles, la commission de l’éducation, la commission de la société civile et la commission des affaires juridiques. Plusieurs hôpitaux spécialisés en matière de santé mentale des enfants ont vu le jour, en sus de la création de centres intermédiaires et autres spécialisés dans la prise en charge de toutes sortes d’addiction aux appareils électroniques. Selon Mme Cherfi, la mission principale de chacune de ces commissions futures est de « réaliser des études de terrain soutenues par des statistiques liées au thème dont elles ont la charge, tout en proposant des solutions et des programmes d’action. Les études et programmes d’action seront soumis pour approbation par le comité de coordination permanant de l’ONPPE, conformément au décret exécutif régissant cet organe » a-t-elle expliqué. La présidente de l’ONPPE a également fait état de l’introduction de ces mêmes études et programmes d’action dans le rapport annuel de son Organe relatif à la situation des droits de l’enfance en Algérie, qui sera soumis au président de la République. Il est prévu, également, de poursuivre l’organisation des sessions de formation, lancées l’année passée, à l’adresse des parties concernées afin de vulgariser les missions et les domaines d’intervention de l’organe national de la protection et la promotion de l’enfance (ONPPE). S’exprimant en marge de cette thématique, le ministre de la Santé a affirmé que l’installation de cette commission exprimait « la détermination de l’Etat et à sa tête le président de la République, à assurer la protection de l’enfant et sauvegarder ses droits en les classant en tant que priorité nationale par excellence », conformément à la loi relative à la protection de l’enfance de 2015.Placer la santé mentale de l’enfant parmi les questions prioritaires prises en charge par les experts prouve, selon M. Hasbellaoui, que le « processus est un et les objectifs communs », appelant, dans ce sens, à coordonner les actions pour aboutir à des repères claires définissant la stratégie nationale pour la protection de l’enfance et la garantie de leur bien-être mental et social. Dans ce contexte, et conformément aux orientations du président de la République, le ministère de la santé a tracé un programme global visant la promotion de la santé mentale de l’enfant, par l’élaboration d’un plan national pour la promotion de la santé mentale de l’enfant en 2017, a fait savoir le premier responsable du secteur, rappelant l’installation d’une commission nationale multisectorielle en juillet 2016 pour la prise en charge des autistes, un volet auquel a été consacrée une conférence internationale en 2016 dans le but de bénéficier des expériences étrangères, de la formation des formateurs et de l’élaboration d’un plan pour la prise en charge à cet effet. Outre le renforcement de la formation en matière de santé mentale des enfants et l’adoption de la formation spécialisée et en post-graduation, plusieurs services et unités hospitalières spécialisés dans la santé mentale des enfants ont été ouverts, dont 6 établissements universitaires et 10 de santé publique.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*