Infos
Accueil » Chronique » Point de Vue: Les plus et les moins payés

Point de Vue: Les plus et les moins payés

En Algérie, disait une sagesse remarquable, bien de chez nous, que l’on peut gagner plus ce qu’on mérite, ou bien moins ou inférieur à ce que l’on mérite, mais jamais, ce qu’on mérite vraiment et justement. Bien que folklorique, simpliste et très populaire, à notre avis, aucune autre théorie sociologique, aussi savante qu’elle en prétend être, ne saurait en exprimer la réalité vécue, que ce dicton populaire. A bien remarquer, le désordre dû aux inégalités des salaires, faisant de l’agent de sécurité ou le secrétaire d’une administration dans une firme spécialisée dans les hydrocarbures – par exemple- un actif dont la rémunération est nettement supérieure à celui qui exerce le même travail et la même mission, dans une administration des collectivités locales. Les travailleurs ou les fonctionnaires des dix premières entreprises économiques du pays qui sont : Sonatrach , Naftal , Cevital , Sonelgaz, Djezzy, Cosider, Oreedoo, Algérie telecom, Mobilis et Air Algérie, monopolisant la part du lion en chiffres d’affaires dans le pays, sont les mieux payés.. Un rapport émanant des autorités compétentes à ce sujet, révèle que les pauvres gars de l’administration et ceux de l’agriculture, sont les moins payés. A quoi, serait-elle due cette injustice, ne disant pas son nom ? Pourtant, le travail de l’agriculture est le plus pénible de tous. Voilà, pourquoi le noble métier d’agriculteur, cet art millénaire, ayant une relation directe avec notre subsistance a été déserté par tout le monde. A bien remarquer, personne ne voudrait plus conduire la charrue. Pourquoi s’en inquiéter, alors que les caisses regorgent de pognons rapportés par le pétrole et le gaz de Sonatrach. Et, l’on peut ainsi, importer, tout ce que nous en avons besoin comme bouffe de l’étranger. Cependant, nous pouvons expliquer pourquoi, les gens se bousculent devant les portes des firmes, symbolisant la puissance économique et financière du pays. Les pouvoirs publics seront-ils capables de remédier à cette grande tare ? Cette problématique, fait malheureusement partie d’un grand système caractérisé par le désordre. Depuis, l’avènement de cette ouverture économique, il y a une trentaine d’années de ça, nous nous sommes plongés de plain-pied, dans une mare de confusion. L’illogique avait réussi à s’imposer dans l’arène, au point où il est devenu tout à fait logique. Depuis que le pouvoir politique des Institutions de l’Etat s’est désisté de son autorité, plus ou moins gravement, au profit des lobbys, dont nous ne pouvons entrevoir que la silhouette, rien ne saurait être expliqué, selon les paramètres de la logique. Plus d’un quart de siècle auparavant, nous nous sommes mis à rabâcher sur une supposée maffia politico- financière.. Mais, où est-elle, où se cache-t-elle ?

alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*