Infos
Accueil » Régions » Mostaganem: L’emploi au cœur des préoccupations des jeunes

Mostaganem: L’emploi au cœur des préoccupations des jeunes

A l’instar des autres wilayas du pays, à Mostaganem, la problématique de l’emploi demeure insoluble et mine quotidiennement la jeunesse, bloque son épanouissement et compromet très gravement son avenir, surtout pour les diplômés des universités. A défaut de publication de statistiques, le chômage reste un mal qui tue en silence. Jusque-là, c’est-à-dire avant le déclenchement de la crise, les dispositifs mis en place par l’Etat ont pu placer un nombre considérable de jeunes dans des postes avec contrat d’intégration. Mais une fois que l’administration a mis fin à ces dispositifs, les chercheurs d’emploi trouvent d’énormes difficultés à accéder à un emploi. Ceux qui pour la première fois tentent d’entrer dans la vie active, se heurtent à plus de problèmes. Les exigences d’accès à un poste de travail deviennent très difficiles. Donc la problématique du chômage désoriente les jeunes, les désillusionne et continue de renforcer leurs inquiétudes. Il fut un temps où à Mostaganem, les autorités locales avaient instauré des rencontres pour débattre de la thématique de résorption du chômage et de l’employabilité. Des rencontres qui ont vu l’implication des entreprises locales pour une participation à réduire le taux de chômage dans la wilaya. Tous s’accordent à dire que les diplômés sortant des universités, ceux sortant des centres de formation professionnelle n’ont pas d’expérience active. Et l’expérience est la condition sine qua non d’accès à l’emploi et ceci aggrave la situation des jeunes. Par conséquent, les chances de trouver un travail s’amenuisent et la galère commence. Par ailleurs, l’Etat a accordé aux investisseurs privés d’énormes mesures de facilitation fiscales et parafiscales les encourageant à investir dans la création d’emplois et dans la formation. C’est navrant de constater qu’il n’y a aucune structure pour contrôler les engagements des sociétés privées par rapport aux emplois créés. Aujourd’hui, les débats sur la thématique de l’employabilité n’existent à aucun niveau. Il n’y aucune feuille de route pour déterminer une politique constante de résorption du taux de chômage chez les jeunes. Le secteur privé reste alors le seul levier pouvant booster l’emploi mais il reste trop exigeant quant à la condition de l’expérience. On remarque ici et là qu’il y a des concours pour l’accès à un emploi mais l’offre de poste est infime par rapport au volume de la demande. A titre d’exemple, dans l’éducation nationale, il y a certains qui ont participé au moins dix fois au concours mais jamais reçus. Les chômeurs de longue durée existent bel et bien surtout parmi les diplômés de l’Université et des CFPA. Ce qui serait judicieux à l’avenir, c’est une réelle contribution de tous pour porter une réflexion sur la situation du travail des jeunes.

À propos Charef Kassous

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*