Infos
Accueil » Chronique » Point de Vue: L’hécatombe de 2018

Point de Vue: L’hécatombe de 2018

Ce sont en tout 3.100 morts, sans compter les blessés de différents degrés. C’est ce que le volant vient d’achever comme vies humaines. Les accidents de la route continuent à faire des carnages, des morts et de blessés en vrac. L’on avait mis fin aux anciennes épidémies qui fauchaient les gens par milliers, grâce au développement de la science et de la médecine. Mais, l’on avait, en revanche, mis au point un autre facteur de mort « épidémique », grâce au développement de la technologie. La science, disait–on, est une arme à double tranchant. Hélas. A mon avis, 3.100 morts en 365 jours est l’équivalent du massacre d’un village ou une petite ville d’une moyenne démographie. Maintenant, c’est à nous de poser la pertinente question. Que faire pour mettre fin à cette situation ? Qui est en est responsable ? Le citoyen chauffard, les pouvoirs publics ou les deux à la fois ? S’il y existe un citoyen qui n’a pas beaucoup de considération pour sa propre vie et peut être pour ceux qui l’accompagnent, derrière le volant, l’Etat doit, quand même, ne pas délaisser son rôle de régulateur de la situation. A mon avis personnel, les pouvoirs publics n’ont pas été aussi sévères comme, il le faudrait, vis-à-vis des comportements nécessitant beaucoup de rigueur. Certes, les mesures de sanction, juridiquement parlant, répondent à ce qu’il faut, pour dissuader les chauffards surexcités. D’autres facteurs s’en mêlent sur la scène, afin de rendre ces mesures dangereusement inefficaces. Tels que par exemple, les passe-droits et la corruption, ainsi que d’autres maux de notre très bureaucratique administration. D’ailleurs, ce n’est pas uniquement dans le présent cas où le mal sévirait. Partout, c’est comme ça et partout ça marche à ce rythme, voire ce même mauvais pli. Et, parait–il que tout le monde trouverait son compte ou ses comptes, dans ce carambolage. L’on élève hypocritement des voix exigeant des réformes et corrections de la situation, mais au fond et l’on préfère que cela dure le plus longtemps possible…la masse du peuple est perdante, le pays est perdant, l’avenir demeure opaque et affreusement incertain, mais eux non. Il y a, par contre, quelques « espèces » de gens qui ont fait des fortunes en pêchant dans ces eaux troubles, dans lesquelles se trouve le pays. Pour eux, tant qu’ils vont bien et leurs affaires continuent à être juteuses à merveille. Donc, tout va bien et rien apparemment, ne manque. Tant qu’ils ne sont pas touchés directement par les accidents de la route ou par autres problèmes, ils ne réagiront pas.

alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*