Accueil » Chronique » Pôle & Mic: Pourquoi ce «chantage»?

Pôle & Mic: Pourquoi ce «chantage»?

A chaque rendez-vous présidentiel, certaines personnalités nous ressortent l’ex-FIS et la question de sécurité. Et pourtant, de tels sujets devraient être enterrés, car l’ex-FIS est bien mort et le pays est stable et sécurisé. Le pays est en sécurité et l’insécurité est derrière nous. Pourquoi à chaque élection, on nous « agite » la main de l’insécurité. Or, il y a des efforts qui ont été déployés pour assurer la sécurité du pays. Déjà, les attentats terroristes dans le Nord ou dans tout le pays se comptent sur le bout des doigts. Des attentats souvent avortés et des terroristes qui se rendent sans parler des découvertes de casemates dans les zones qui étaient classées comme «chaudes» et des saisies d’armement en provenance du Sud. Certaines personnalités du pouvoir se discréditent et discréditent même le pouvoir en parlant d’insécurité. Sur la question de l’ex-FIS, il en est où? C’est un parti qui est mort où il ne reste que des activistes comme Ali Belhadj qui tentent un « coup de force » pour revenir sur la scène politique pour tenter de récupérer leur base. Déjà leur base, elle s’est disloquée à cause de la violence terroriste et des affaires du terrorisme. L’ex-FIS avait bâti sa notoriété au début des années 90 à cause du laxisme du pouvoir et d’un certaine situation internationale qui avait favorisé l’islamisme dans les pays musulmans. Mais depuis 2001, le vent a «tourné» contre les islamistes et aujourd’hui contre le mouvement wahhabite. Pourquoi voudrait-on nous alarmer alors que le pays est stable et sécurisé? Certains voudraient chercher à réveiller les vieux démons pour obliger les Démocrates à se taire en choisissant entre « la peste et le choléra ». Ils oublient que les jeunes d’aujourd’hui ne savent rien de l’ex-FIS et même de ce qui s’est passé dans les années 90. Ils oublient que les présidentielles, c’est une question de vision futuriste et des programmes et non pas de menaces et de peur. Ce n’est pas une question de chantage politique.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*