Infos
Accueil » Actualité » Procès de Redha H’mimed, Boukhlifi et Rouabeh: Verdict la semaine prochaine

Procès de Redha H’mimed, Boukhlifi et Rouabeh: Verdict la semaine prochaine

Cette affaire ouverte, lundi au tribunal de première instance de Abbane Ramdhan serait, selon les avis, rejetée dans la forme. Toutefois, les 29 expertises ont été rejetées en parfaite violation des lois et articles 65 bis 5 et 7 puisque non rédigés par le procureur de la République. Ils étaient rédigés bien avant la date d’arrestation le 13 octobre 2018, selon la défense. Seul le juge d’instructions et le procureur de la République sont les premiers habilités à leur rédaction. Dans ce cas de figure, le juge d’instruction n’a pas été consulté, selon les propos des avocats. L’option d’absence de spécialisation pour les auteurs des expertises territorialement non compétents en la matière, nous précisent encore les avocats. Toutefois, le mis en cause Redha H’Mimed, connu sous son nom artistique de Redha Cité 16 a comparu avec les trois autres accusés dans une affaire de diffamation et de complexité de chantage et falsification de billet. L’audience s’est déroulée sous de bons hospices car «le juge est un pionnier dans le correctionnel», se sont accordés à dire les robes noires. Bien avant, certains observateurs se disaient ne pas comprendre le cas du mis en cause en détention provisoire qu’est le chanteur Redha H’Mimed et l’autre cas de Billal Tahkout, fils du patron de la plus grande industrie automobile en Algérie. Il s’agit aussi du cas controversé du fils du plus grand concessionnaire Maazouzi dans le box des accusés et qui s’est fait emprisonné «alors qu’il n’a aucune relation avec le mis en cause et le fils du bonnet financier», dit-il au juge lors de son audition. Certains avocats nous ont éclairé sur ces deux cas car, selon leurs propos. «Cela relève du degré d’accusation» pendant que d’autres ont carrément rejeté cette option. A l’évidence, le procès s’est déroulé avec doigté par ce juge pour son professionnalisme. Le mis en cause Redha H’Mimed, alias Redha City 16, n’a cessé de clamer son innocence devant les présents à cette audience entre familles, fans, journalistes et des avocats qui se sont constitués pour cette affaire. Il signifie qu’il n’aurait aucune relation avec les autres accués et que par conséquent, c’est la première fois qu’il les voit. Cependant et selon la genèse des faits, il n’aurait aucune relation avec Ahmed Maazouzi. Par contre, il était en relation avec Bilel Tahkout. Vu son audition, le chanteur et animateur d’émission reconnaît sa relation commerciale avec Bilel Tahkout pour, dit-il, «améliorer son image de marque» dans le cadre de ce qu’il a qualifié de stratégie de Marketing. L’accusé Redha Cité 16 plaide son innocence et se dit ne pas comprendre sa présence et son inculpation qu’il a qualifiée de «film» puisque, selon son audition, il aurait été intercepté par une armada d’éléments et de véhicules de la gendarmerie et a montré toute sa disponibilité à répondre aux interrogations du juge avant de s’effondrer en larmes puisque «détenu et incarcéré injustement» alors que son état de santé se détériore après sa grève de faim. Propriétaire d’une entreprise privée, il se dit bosser pour la promotion de la publicité des grandes entités qu’il avait énumérées. «Pas de relation avec Amir Dzair et son compte serait piraté», toujours selon lui et raqueté par email où on lui demandait en contre partie et en guise de chantage, la coquette somme de 100.000 dollars. Les vidéos en sa possession sont de nature artistique et accessibles sur le Youtube depuis 2014. Il n’a rien à voir avec la politique ni la recherche du buzz. Il aurait, toujours selon lui, saisi le centre de cybercriminalité de Bouchaoui pour déposer plainte contre ce chantage exercé sur lui. A son tour, Medani Rouabeh clame, lui aussi, son innocence dans cette affaire. Les avocats tentent chronologiquement de plaider la cause des mis en cause dans cette affaire en attendant le verdict pour la semaine prochaine.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*