Infos
Accueil » Chronique » Pôle & Mic: Le suspens perdure !

Pôle & Mic: Le suspens perdure !

Vraisemblablement, le président Bouteflika ne se décidera qu’en 2019 au sujet des présidentielles. Beaucoup de choses qui ont été dites cette semaine, laissent indiquer qu’il s’exprimerait soit sur le report des présidentielles ou sa participation ou encore non participation à la prochaine course électorale. Des clans politiques dont les islamistes œuvrent pour un report des élections avec au menu une révision de la Constitution. Les partis de l’Alliance présidentielle se disent tous pour une reconduction de Bouteflika sauf que celui-ci n’a pas dévoilé ses intentions. Il faudra attendre le 18 janvier prochain ou quelques jours avant cette date pour connaître si les présidentielles auront lieu où seront reportées à une année supplémentaire en mettant en place une conférence regroupant des partis et personnalités pour proposer des amendements et changements à la prochaine Constitution. Entre-temps, les spéculations vont aller bon train. Les partis de l’Alliance sont comme pris au dépourvu n’arrivant pas à se positionner ou ne voudraient pas, tout simplement, dévoiler leurs intentions d’autant que l’on parle de la candidature de Ouyahia en cas de défection de Bouteflika. Dans le pouvoir ou le giron du pouvoir, le FLN semble avoir peur de cette option pour le FLN et non pour les personnalités du FLN. Ces derniers négocieront leur «soutien» à Ouyahia. Au pouvoir, les candidats sérieux à succéder à Bouteflika ne seraient pas nombreux. Les lobbys financiers voudraient la «pérennité» et la continuité du système et donc la participation de Bouteflika en 2019. Au pouvoir, on ne voudra, en aucun cas, rompre l’équilibre avec les clans et leurs partenaires politiques et financiers. Cependant, c’est le report qui semble gêner des clans politiques car n’arrivant pas à présenter des «arguments solides» pour justifier le report et même la révision de la Constitution. L’opposition ne s’est pas faite prier pour assimiler l’option du report à un échec politique en mettant en avant les affres du phénomène de la Harga et la corruption. Le report semble rendre surtout malaise le clan Bouteflika et pas les autres qui gravitent autour du sérail. D’ici le 18 janvier, le suspense sera à l’honneur avec son lot de «rumeurs» et de «surprises».

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*