Infos
Accueil » Oran » Elections Sénatoriales à Oran: Une scène de tension vite dissipée

Elections Sénatoriales à Oran: Une scène de tension vite dissipée

C‘est samedi 29 décembre que se sont ouvertes, à l’hémicycle de la wilaya d’Oran, les élections sénatoriales «locales» devant permettre le renouvellement de la moitié de la composante du Conseil de la Nation, en présence des élus de l’APW et des 26 APC représentant diverses tendances politiques. Le total des votants inscrits officiellement dans le registre électoral avoisine les 555 alors que le nombre de candidats en lice pour le poste du sénateur d’Oran étaient trois en l’occurrence le P/APW Boubkeur Mohamed du parti du Front de libération nationale (FLN), Zelmat Hicham du Rassemblement national démocratique (RND) et Hamou Mohamed du mouvement Hamas. Le parti majoritaire dans plus de 20 communes et à l’Assemblée populaire de la wilaya (APW) devait participer à ces joutes avec un total de 298 élus inscrits dont 253 élus représentés aux APC(s) et 45 autres de l’APW. Le RND et le Hamas ont eux aussi délégué, à ces joutes, leurs électeurs estimés respectivement à 102 élus (92 représentés aux APC (s) et 10 à l’APW) et 15 élus représentant seulement les communes. Deux bureaux de vote ont été mobilisés pour cette opération dont chacun était présidé par deux juges. L’opération de vote a débuté tôt dans la matinée. En d’autres termes, tous les moyens tant logistiques que humains ont été réunis par la Direction de la réglementation et des affaires générales (DRAG) de la wilaya pour la réussite de cet évènement, n’était-ce, il faut le mentionner, l’«incident» qui a éclaté aux environs de 10 h entre des élus des deux partis. S’en est suivie une scène de bousculade. Quelques militants du vieux Front refusent l’accès au bureau du P/APW, à la coordinatrice du RND, la députée Mme Ayad Ratiba, venue réclamer des explications sur les «enveloppes». Ils répliquent à cette dernière que «le scrutin se déroulait à l’hémicycle et non à l’APW».
La responsable du RND et le sénateur sortant Kazi-Tani présent, lui aussi, protestent. Un échange de mots s’en est suivi avant qu’une altercation n’ait lieu. La coordonatrire qui «dit avoir été poussée», exige de fermer l’APW. Une militante du RND qui a voulu s’interposer , s’est retourvée par terre. On lui a cherché de l’eau dans les escaliers de l’hémicycle. Un militant du FLN jure que personne ne doit rester à l’APW et que tout le monde doit decendre dans la salle du vote. Quelques élus tentent alors d’évacuer les lieux. Ils expliquent que «personne n’a le droit d’etre à l’APW». Un militant du RND tente de résister: «Je ne descendrai pas», dit- il. Du côté, des militants du FLN, on souligne que cette «histoire» d’enveloppes, n’était qu’une «mise en scène». A ce moment, des sages des deux tendances politiques appellaient à l’apaisement.Aux environs de 11h , la tension s’est dissipée. Le malentendu qui a duré une demi-heure, n’a pas perturbé le scrutin qui s’est déroulé dans de bonnes conditions. Les esprits se sont réconciliés. On pouvait voir la coordinatrice du RND en train de s’échanger des mots fraternels avec ses homologues du «Front». Le vote devait se poursuivre jusqu’aux environs de 18h.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*