Infos
Accueil » Régions » Bouira: Un guide d’organisation pour la prise en charge de la femme gestante

Bouira: Un guide d’organisation pour la prise en charge de la femme gestante

La bibliothèque principale de la lecture publique de Bouira a abrité une journée régionale de formation et d’évaluation concernant le guide d’organisation des réseaux de prise en charge de la femme gestante, autrement dit, de la période de sa grossesse, pendant son accouchement et après l’enfantement. « Cette journée est destinée aux personnels médicaux, auxiliaires de santé et paramédical, afin d’améliorer le niveau des compétences pour répondre aux besoins du réseau de prise en charge de la femme en gestation. » nous dira le Docteur Fewzi Benachnou directeur des structures de santé et de proximité au ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière. Ce dernier a été prié de nous éclairer un peu plus sur cette manifestation médicale « Il s’agit pour nous de mettre en exergue le nouveau guide pratique des réseaux de prise en charge de la femme en gestation qui va concerner les wilayas de Tizi-Ouzou, Boumerdes, Alger, Tipaza, et Bouira ». Suivant également les interventions des professionnels du corps médical, il a été démontré que la prise en charge de la femme enceinte est un problème majeur de la santé publique et parfois le dénouement de la grossesse se termine par un évènement dramatique malheureusement. Comme il a été précisé dans le guide d’organisation des réseaux de prise en charge de la femme gestante. Les causes observées ont porté sur « l’absence ou mauvaise prise en charge de la grossesse, accouchements dans des structures inappropriées, transferts et évacuations anarchiques et saturation des structures». Nous saurons toujours de la part de M Fewzi Benachnou que le ministère de la santé très conscient que « l’accouchement est devenu une étape stressante pour la femme enceinte et pour son entourage et même pour les professionnels de la santé », qu’il a pris la ferme décision de concevoir ce guide d’organisation, dont « la réflexion a été confiée à un groupe d’experts pour la mise en place d’une organisation efficace pour la prise en charge de la femme enceinte et dont la traduction par l’élaboration d’un guide relatif à cette prise en charge afin d’assurer la qualité et la sécurité des soins ». D’où la nécessité d’une organisation en réseaux, soit « l’organisation en réseaux des établissements hospitaliers habilités à prendre en charge la femme enceinte et son nouveau-né. Ce qui permettra de définir un circuit en coordination avec les intervenants des différents paliers » est-il précisé dans la démonstration du docteur Fewzi Benachnou. Quant au professeur Chabi chef de service gynécologie au centre hospitalo-universitaire (CHU) d’Oran et eu égard à sa grande compétence et expérience, a eu toute la latitude d’intervenir plusieurs fois afin de donner d’utiles et importants conseils au corps médical présent notamment pour ce qui est de l’organisation des réseaux de prise en charge en gynécologie obstétricale. Il dira à cet effet « L’organisation est rattachée aux structures de soins assurant une prestation dans le domaine de gynécologie obstétrique. Chaque entité de prise en charge (maternité intégrée, EPH, CHU) sera classée par palier aux tâches prédéfinies en fonctions des moyens et qualifications dont elle dispose ». Il éclairera de même l’assistance sur les mesures à prendre concernant les grossesses à bas risque qui doivent se faire au niveau de la structure hospitalière identifiée, et les grossesses à haut risque qui doivent avoir lieu dans une maternité des paliers 3 et 4. La nécessité de coordonner entre les maternités des différents paliers, de la coordination a été aussi mise en avant. Mme Leila Ilhem Ghalem directrice du secteur de la santé (DSP) de la wilaya de Bouira, présente à cette journée de formation et d’évaluation, dira pour sa part que « le guide d’organisation des réseaux de prise en charge de la femme gestante est l’un des programmes phares et important du ministère de la santé » Cependant, les professionnels de la santé exerçant dans les centres hospitaliers de la wilaya de Bouira ont saisi cette opportunité pour faire part d’autres préoccupations inhérentes à leurs missions et qui doivent être prises en charge. Nous citerons le déficit des médecins spécialistes en gynécologie qui ne sont pas affectés en nombre suffisant dans la wilaya de Bouira, la désorganisation de certains services et le manque de formations continues au profit du corps de la santé, ainsi que les autres activités médicales qui sont elles aussi concernées. Ces demandes ont été listées et prises en compte par les représentants du ministère de la santé, dans le but de prendre les mesures appropriées, à même de mettre fin à ses carences dont souffre le corps médical.

À propos TAIB HOCINE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*