Infos
Accueil » Sport » JS KABYLIE – Conférence de presse de Mouloud Iboud: «La JSK est apolitique»

JS KABYLIE – Conférence de presse de Mouloud Iboud: «La JSK est apolitique»

Le porte-parole et président délégué de la JSK, Mouloud Iboud, a animé, hier matin, une conférence de presse, au niveau du siège du club. L’ex-capitaine des Jaune et Vert est revenu sur l’élimination de la Coupe face à l’ARB Ghriss, évoluant en inter-régions, et la réunion tenue avec les joueurs au lendemain du match. Il a également abordé le volet recrutement et le cas des joueurs qui ont saisi la commission des litiges. Iboud a d’abord tenu à féliciter Ghriss et à remercier ses dirigeants pour leur accueil chaleureux. «Je tiens d’abord à féliciter l’équipe de l’ARB Ghriss pour sa qualification. Je tiens également à remercier l’ensemble des autorités de Mascara, les autorités et les élus locaux ainsi que la population de Ghriss pour l’accueil chaleureux qu’ils nous ont réservé. Nous avons perdu le match sur le rectangle Vert et la victoire de Ghriss ne souffre d’aucune contestation», a-t-il déclaré.

«L’élimination en coupe n’influera par sur notre projet»

Le président délégué de la JSK a voulu rassurer les supporters : «Cette défaite fait mal. Ni les joueurs, ni le staff technique, ni les dirigeants ni les supporters ne la digèrent. Je saisis cette occasion pour présenter nos excuses les plus plates à nos supporters. Cependant, nous devons tourner la page et continuer à travailler, en prévision de la suite du parcours. Cette défaite n’influera point sur notre projet», assènera-t-il. Sur le chemin du retour de l’équipe de Ghriss, le bus de la JSK a été caillassé par des supporters qui n’ont pas accepté l’élimination. Un geste qu’a condamné Iboud, hier, le qualifiant d’«intolérable». «La déception engendrée par la défaite est légitime, mais elle ne justifie pas le comportement de certains supporters qui s’en sont pris au bus du club entre Mascara et Relizane. Les supporters ont le doit d’être en colère, mais ces comportements sont intolérables. C’est cette même équipe qui a battu l’ESS et le MCA, il ne faut pas agir de la sorte après une défaite», a ajouté Iboud. Tout en réaffirmant que les supporters ont le droit de rêver de voir leur club jouer les titres, Iboud appellera ces derniers à être patients : «On a un projet de 3 à 4 ans et même si on ne termine pas sur le podium cette saison, ce ne sera pas un drame. Les supporters ont le droit de rêver, mais ils ne doivent pas oublier ce que le club a enduré pendant des années. Les titres remportés par la JSK dans les années 70 et 80 ne furent pas le fruit du hasard, ce fut le résultat de longues années de travail et de continuité», a ajouté le bras droit de Mellal. Lors de son intervention, le président délégué de la JSK est revenu sur la réunion tenue avec les joueurs mercredi passé. «On a donné la chance à chaque joueur de s’exprimer lors de cette réunion qui a duré près de 05 heures entières. Les joueurs se sont dits conscients de ce qui les attend et promettent de tout faire pour revenir en force lors de la seconde manche du championnat», dira Iboud. Il ajoutera : «Les joueurs ont eux-mêmes demandé à ce que le groupe soit renforcé pour la suite du parcours».

«On ne signera jamais un joueur à 300 millions»

Les dirigeants de la JSK sont en négociation avec certains joueurs pour renforcer le club kabyle. Néanmoins, la direction n’a pour le moment conclu qu’avec le milieu de terrain, Kabari. Questionné à ce sujet, Iboud a expliqué : «On est en négociations avec plusieurs joueurs, mais différentes raisons nous empêchent de conclure. Certains attendent la décision de la commission des résolutions de litiges, pendant que d’autres espèrent recevoir plus d’argent de la part d’autres clubs. Nous avons notre stratégie et le coach a aussi son mot à dire avant de conclure avec un joueur». Interpellé sur les exigences financières de certains de ces joueurs convoités, Iboud fut très clair : «Nous ne recruterons jamais un joueur à 300 millions, car ce serait une insulte pour les joueurs en place qui touchent un salaire beaucoup plus raisonnable, avec un meilleur rendement. Ce n’est pas logique de payer des joueurs à ces prix, alors qu’ils ne sont même pas des joueurs internationaux», assènera-t-il. Interrogé s’il ne craignait pas que les joueurs de la JSK signent ailleurs pour des salaires supérieurs, Iboud a rétorqué : «Lorsque un joueur renégocie son contrat, c’est normal qu’on l’augmente s’il est un cadre de l’équipe. On lui donnera ce qu’il mérite, mais pas 300 millions».

«On recrutera deux milieux et un attaquant»

Interrogé sur les postes à renforcer, le président délégué de la JSK dira : «Nous visons 02 milieux de terrain et un attaquant. Nous avons recruté un seul joueur pour le moment et nous avons encore quatre licences à utiliser». Au sujet des joueurs qui ont saisi la commission de résolution des litiges, tels Asselah, Boultif, Djerrar, Ferhani et Yettou qui réclament leur argent, Iboud assurera : «On a saisi le TAS pour réduire les salaires à payer. Et quelle que soit la décision que prendra le TAS, les joueurs en question seront régularisés». A une question relative à la pertinence des déplacements systématiques des dirigeants dans les localités où ils sont invités, Iboud a donné l’explication suivante : «On a un staff technique et une commission chargée de recrutement qui travaille en continu. Nos déplacements ne gênent en rien le bon fonctionnement de l’équipe. On a pris l’engagement de répondre favorablement à toutes les invitations de nos supporters, et nous ne voudrions pas dire oui à untel et non à un autre. En plus, ce n’est pas facile d’avoir des sponsors et on se déplacera à chaque fois pour les convaincre de notre projet». Accusés, lui et Cherif Mellal, par certains supporters, notamment à travers les réseaux sociaux, de faire de la politique au nom de la JSK, Iboud rétorquera : «Nos sorties dans les villages se font dans un cadre purement sportif. La JSK est apolitique, notre club est un parti sportif». La FAF a affirmé qu’elle aidera les clubs de Ligues 1 et 2 pour des partenariats avec des entreprises publiques ou privées, en ouvrant le capital. Interrogé si la JSK avait reçu une offre dans ce sens, Iboud affirmera : «On n’a reçu aucune offre de ce genre d’aucune entreprise nationale. Maintenant, si une offre nous était proposée, les dirigeants choisiraient celle qui pourra réaliser les objectifs du club».

À propos M.DEGUI

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*