Accueil » Actualité » Intempéries de ces dernières 48 heures: Dégâts matériels et des axes routiers coupés

Intempéries de ces dernières 48 heures: Dégâts matériels et des axes routiers coupés

Pluies intenses, eaux infiltrées dans les maisons et axes coupés, le pays en a fait les frais ces deux derniers jours. De fortes intempéries et des vents violents ont régné dans le pays. Les dégâts ne se sont pas fait attendre, mais n’ont pas été si terribles. Aussi dramatique, excepté que cette fois, des vents provocants se sont acharnés sur plusieurs wilayas, les intempéries n’ont pas été sans incidences. Médéa, wilaya parmi les villes les plus vulnérables, a enregistré une personne disparue, emportée par les crues de Oued El Maleh. On ignore cependant le sort de cet individu sur lequel les recherches se poursuivent toujours. Des dégâts matériels, il y en a eu. Avec le retour progressif vers la stabilité du climat, on peut cependant espérer. Mais, ce sont forcément et malheureusement les infiltrations d’eau dans les habitations qui ont ressurgi à la faveur des débordements de certaines sources d’eau ou oueds. Ces infiltrations ont fait que plusieurs axes extérieurs ont été paralysés sans oublier les accès donnant sur les routes allant jusqu’à faire craindre le pire. Ce n’est pas tout, puisque des axes routiers seraient toujours bloqués à la circulation à l’heure où nous mettons sous presse. Côté intervention, les éléments de la Protections civile n’ont pas chômé. Ils ont effectué plus de 2.000 interventions au niveau de différentes wilayas et sites inondés à travers le pays. Même si l’accalmie prévaut actuellement, rien n’augure cependant que des intempéries plus importantes ne vont pas reprendre. A présent, la vigilance est de mise sur les routes et les interventions de la Protection civile se poursuivent. Une nouvelle fois, des citoyens qui construisent leurs habitations non loin des montagnes ou sources d’eau « dormantes », ont fait la une de l’actualité. Jusqu’à l’heure actuelle, des unités de la Protection civile continuent de faire leurs interventions dont le nombre dépasse plusieurs dizaines ces dernières 24 heures sur le territoire national. Le pompage des eaux infiltrées dans les appartements à la faveur des fortes averses et aux débordements des crues, ont constitué le gros des interventions des pompiers mais « sans enregistrer de pertes humaines » selon la Direction générale de la protection civile. Depuis jeudi soir, les services de la Protection civile sont au four et au moulin. Intervenus pour le pompage des eaux dans plusieurs wilayas, ils ont dû affronter le pire. Blida où a été enregistré une crue de oued Azza à Ouled Yaich, a vu l’infiltration des eaux dans 10 habitations longeant ce dernier, selon toujours des sources de la Protection civile. C’est pour cause d’élévation du niveau des eaux de Oued Alleug que les agents de la Protection civile ont procédé au pompage. Les eaux avaient envahi 05 maisons à Haouch Errich (centre-ville de Blida) et 06 autres dans les cités Bouarfa et Alexandrie. Dans la capitale, les agents de la Protection civile ont dégagé les eaux pluviales infiltrées dans 04 habitations à la Casbah, à Alger-centre, Birkhadem et Kouba. A Bab El Oued, le toit d’une maison s’est partiellement effondré sans faire de victimes, ajoute-t-on de même source. A Médéa, les mêmes services ont aspiré les eaux pluviales infiltrées dans 08 habitations au centre-ville, selon la même source. Cette dernière a précisé qu’une perturbation du trafic routier a été enregistrée au niveau de la route nationale N 01. A Relizane, 10 habitations ont été submergées par les eaux de pluie en raison de la forte pluviométrie, en sus de l’effondrement du mur d’une habitation précaire dans la commune de Had Echkalla, ajoute la même source. Des infiltrations d’eau de pluie ont affecté également plusieurs habitations dans les communes de Cherchell, Hadjout, Ahmer el Aïn (W.Tipasa), et un poteau d’électricité est tombé sur une maison dans la commune de Khemisti. Par ailleurs, 20 personnes incommodées au monoxyde de carbone ont été évacuées par les éléments de la Protection civile d’Alger, Tizi-Ouzou, Bouira, Batna, Saïda, Blida, Sétif, Oran et El Bayadh, conclut le document.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*