Accueil » Chronique » Point de Vue: La France exporte ses «gilets jaunes»

Point de Vue: La France exporte ses «gilets jaunes»

«La jaunisse» qui a atteint brusquement la France, sans préparation et sans préavis. La question des augmentations des prix des carburants n’était finalement qu’un alibi parmi d’autres …Un arbre qui cachait la forêt. Il s’est avéré que la France vivait une crise sérieuse qui ne disait pas son nom…les mots d’ordre et les slogans que l’on pourrait lire sur les pancartes des manifestants, expliquent bien un grand malaise français…d’ailleurs , pour comprendre «sans tricherie» le sens profond et la portée réelle de la révolte des gilets jaunes, il faudrait consulter les sources d’information qui se propagent sur les réseaux sociaux et non pas se fier à celles rapportées par les médias français, plus au moins sous la coupe de la classe politique et des gouvernants officiels ou officieux… Nous sommes donc, devant une crise profonde multidimensionnelle où même la portée historique n’est pas à exclure. C’est, puisque l’ancien courant des «anti dréfussards» et les royalistes et les courants pro religieux s’en mêlent bien à ce grand cafouillage. Pour être plus précis, les «insurgés» réclament une restructuration, voire une refondation de l’Etat Français sur des bases nouvelles. Ils redemandent la mise à l’écart de l’influence de la finance mondiale et de la mondialisation sur la gestion des affaires politiques de la France. Ce matin et au cours du 5ème round de cette insurrection qui va boucler un mois depuis son déclenchement, le 17 novembre passé, on scandait une grande pancarte sur laquelle l’on pouvait lire en lettres claires: «Non au pacte de Marrakech». Et, ce en allusion à l’accord qui a été ratifié, il y a une semaine à Marrakech, sous l’égide de l’ONU, en présence des représentants de plus de 160 pays, concernant la question de la migration clandestine. Voilà donc, notre « jacquerie», qui suite à une petite étincelle en réaction émotive avec les hausses des prix du Gasoil et du Super, ira terminer en une fronde ouverte contre la politique mondiale, menée par la finance internationale. Comme pendant la révolution de 1789, la « chouannerie » des Français avait réellement réussi à contaminer les voisins chez quelques pays du vieux continent. Les révolutionnaires français commencent déjà l’exportation de leur protestation vers d’autres pays : la Belgique, la Hollande, l’Allemagne et la Serbie sont entrées en action, d’autres sont candidats. Le point commun de ces réactions, c’est bien: «Stopper l’immigration vers leurs pays». Et, bien sûr se démettre de la mainmise de la finance internationale et la mondialisation de la décision.

alkaderdz62@yahoo.fr

À propos admin

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*