Accueil » Actualité » Rencontre avec la déléguée de l’organe consultatif des droits des enfants: Le SOS de la déléguée «Aidez nous»

Rencontre avec la déléguée de l’organe consultatif des droits des enfants: Le SOS de la déléguée «Aidez nous»

Dans cet SOS lancé, hier,la déléguée nationale à l’organe de la protection et de la promotion de l’enfance, interpelle tous les acteurs et personnes impliquées dans la promotion pour la préservation des droits des enfants à adhérer massivement, car dit elle « l’organe a fortement besoin de vous et que notre souhait est de le voir s’élargir vers tous sans exception, y compris la société civile. Selon ses propos tenus lors de cette journée, Mme Meriem Chorfi a tenu, hier, un discours à la fois ferme et optimiste sur la situation des droits des enfants en Algérie, lors de cette rencontre tenue à la Résidence des Magistrats à El Biar à Alger. Dans cette séance d’évaluation, l’intervenante a insisté sur les dernières avancées enregistrées en matière de protection des enfants par la stratégie mise en branle par son département, entre autre le numéro vert 11-11. Rappelons toutefois que cet organe a été installé par les services du premier ministère après les présidentielles de 2014 pour la préservation et la promotion des droits des enfants. Sur sa lancée, la déléguée a mis en relief le rôle joué par l’ONPPE grâce aux programmes tracés dont la formation des Associations, de la société civile et autres pour la conjugaison des efforts dans l’intérêt des enfants. A cet effet et selon cette évaluation, elle s’interroge sur les voix et moyens à mettre en place pour inculquer le sens des responsabilités aux enfants car précise-t-elle, un enfant jouit de tous ses droits que lui confère la législation et personne ne peut prétendre à les bafouer ou en faire usage. Au cours de cette journée, Mme Chorfi annonce en grandes pompes que 700 cas de violations des droits des enfants viennent d’être enregistrés. Ces cas sont en instance de traitement par la justice et par la cellule de solidarité chargée de la protection de la Famille. Toutefois, la déléguée précise que l’élargissement de cet instrument est plus que nécessaire pour la conjugaison des efforts dans la perspective de la promotion des droits des enfants. Quant à la main mise du ministère de la communication pour la sélection des membres du réseau de journalistes, elle nous précise qu’il sera instruit incessamment la forte adhésion de nouveaux journalistes plus spécialisés dans la défense des droits des enfants à ce réseau. Signalant à cet effet, que plusieurs journalistes, tous secteurs confondus et medias, ont pris part à la naissance de cet organe en 2014 sous l’égide de l’ex premier ministre Abdelmalek Sellal, mais que le ministère de la communication n’a contacté que des journalistes du secteur public pour former ce réseau ce qui, d’ailleurs, a été contesté, hier, par une journaliste. Dans les travaux tenus à huis clos avec Mme Chorfi, il a aussi été constaté la main mise de la représentante du ministère de la communication où elle dira, à ce propos, que le code pénal sanctionne les journalistes qui n’oeuvrent pas dans l’intérêt des programmes destinés aux enfants. Mme Othmani a en outre parlé de stratégie et de vision à moyen et long terme de son département pour la mise en place des outils pour la protection des enfants. En définitif, la déléguée a annoncé la mise en place d’un bureau constitué de 4 journalistes pour gérer les activités de ce réseau avec évidemment, conclut Mme Chorfi, l’accompagnement des initiatives de réseau de journalistes dans la promotion des droits des enfants, grâce à un programme qu’il aurait tracé concernant la protection des droits des enfants.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*