Infos
Accueil » Chronique » Pôle & Mic: Ce pétard «non mouillé»!

Pôle & Mic: Ce pétard «non mouillé»!

Comme à l’accoutumée et pour ne rien changer aux décors, la guerre aux pétards avait encore rendez-vous dans les rues des grandes villes, en cette fête du Mawlid Ennabaoui. Et pourtant, la vente de ce produit est illicite et on nous a annoncé que les pétards seraient bannis de nos cités et stades. Or, au vu de ce qui s’est passé, on dirait que les instances de l’Etat semblent entièrement dépassées par ce phénomène d’introduction des pétards. Le contrôleur au sein de la direction du renseignement des Douanes nationales a indiqué, à l’APS, que cette année, les quantités de ces produits avaient beaucoup diminué sur le « marché intérieur », expliquant que le nombre d’étal de leur revente avaient beaucoup diminué. Là, on ne sait pas si nous sommes dans le même pays et que le responsable pèse ses mots ou bien rien que pour « rassurer » sans aucune conviction que son secteur ne peut contrôler l’introduction de tels produits illicites. Il enchaînera que contrairement au passé, les contrebandiers ne font plus usage de containers pour introduire ces marchandises sur le territoire, préférant le faire par petites quantités dissimulées dans ces derniers, ou ramenées par voie terrestre, à travers la frontière Est. Une déclaration qui montre que même la douane ne sait pas comment a été introduit ce produit. Il est pratiquement impossible d’introduire des tonnes de pétards à travers les frontières de l’Est sans tomber dans un barrage à moins qu’il y ait complicité. Il est temps de parler le discours de la vérité même si cette vérité fera mal à certains responsables chargés de veiller au grain contre l’introduction de tels produits illicites. Si on dit la vérité, on pourra avancer à éradiquer ce produit. Si nous ne sommes pas capables à l’éradiquer, il vaudrait mieux le rendre licite, tout en menant des actions de sensibilisation pour son usage lors des fêtes. Comment ce produit a été introduit ? seule une enquête menée auprès des «petits» revendeurs pour débusquer les «gros» et c’est facile pour nos divers services de sécurité qui ont pu casser les reins aux groupes de logistiques des groupes terroristes à travers tout le pays.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*