Accueil » Oran » Bras de fer étudiants – Administration: La faculté des Langues étrangères de Belgaid en ébullition

Bras de fer étudiants – Administration: La faculté des Langues étrangères de Belgaid en ébullition

La détermination des étudiants des Langues Etrangères, et desurcroît de différents départements de l’université de Belgaid, d’étendre leur débrayage si leurs revendications ne seront pas prises en considération et appliquées par l’administration, n’écarte pas le spectre d’une année chaotique et pleine d’embûches laquelle risque de chambouler le programme établi. Après plusieurs tentatives, toutes vouées à l’échec, qui avaient pour but de refonder une relation de confiance entre les étudiants et l’administration qui ne jouit guère de la confiance des étudiants, ces derniers ont mis à exécution leur menace et sont entrés en grève pour dénoncer un tas de revendications.
Les concernés s’élèvent, notamment contre les conditions difficiles d’enseignement mais surtout sur une situation qui n’est guère tolérée. En effet, les étudiants se demandent à quand ceux qui ne possèdent pas une carte d’étudiant resteront ainsi ? Ajouter à cela les retards accumulés et inexpliqués concernant la délivrance des relevés de notes de plusieurs étudiants qui ne savent plus à quel saint se vouer.
Pis encore, ces étudiants ne savent pas s’ils sont admis ou pas. Il faut dire que la situation est plutôt difficile pour ne pas la qualifiée avec un autre terme car les étudiants s’interrogent sur leur avenir au sein de cette faculté. «Nous collaborons avec une administration qui fait du bâclage son slogan favori alors que celui qui risque de payer les pots cassés et bien entendu l’étudiant» dira M. Dib, le représentant de l’UGEA au sein de la faculté des Langues Etrangères, protestant par là même contre les décisions de l’administration et l’incompétence de certains cadres administratifs. Aux dernières nouvelles, nous avons appris par le biais de notre interlocuteur qu’une réunion allait rassembler les représentants des étudiants en colère et l’administration de l’université. Enfin, il faut dire que les années vont certainement se suivre et se ressembler tant que les mêmes problèmes persisteront sauf que les jeunes qui sont appelés à prendre le flambeau seront les seules à être sanctionnées parce que les employés de l’administration sont toujours payés à la fin du mois.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*