Accueil » Actualité » Mohamed Aissa refuse toute revalorisation de salaires maintenant: Les imams doivent attendre

Mohamed Aissa refuse toute revalorisation de salaires maintenant: Les imams doivent attendre

Mohamed Aissa tend la main aux imams. Conjoncture financière oblige, ces derniers devront se montrer patients. Leurs salaires ne seront pas revalorisés du moins dans l’immédiat. Leur syndicat est monté au créneau, il y a deux semaines. Il a clairement brandi la menace d’une grève. Seulement voilà, le ministre des Affaires religieuses a choisi lundi, à partir d’Oran, où il menait en visite de travail, d’apaiser les esprits des imams. « Leurs salaires ne seront pas revalorisés compte tenu de la situation financière actuelle du pays», a en effet tranché le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aissa. Le ministre a été très clair, au sujet de cette revendication qui à en croire ses déclarations, ne fait pas partie du statut du secteur. En d’autres termes, cette revalorisation de salaires des imams ne serait qu’une affaire de timing. Ces derniers devront logiquement attendre parce que la manne du pays ne le permettrait pas à l’heure actuelle. Aussitôt rejetées par le ministère, ces revendications ont constitué le point dominant de l’action de protestation du syndicat des imams. Le ministre qui effectuait une visite de travail et d’inspection à Oran où se tient depuis quelques jours la Semaine nationale du Saint Coran en présence des autorités locales et d’importantes figures des affaires religieuses et des wakfs selon, a donc cru juste de rassurer la corporation des imams en leur annonçant que cette revalorisation n’est pas actuellement à l’ordre du jour mais toujours est-il que ce bras de fer serait appelé à se durcir si on considère que le souci majeur des imams ne se réfère pas uniquement aux salaires mais aussi aux logements de fonction et aux garanties de sécurité, toujours selon les sites électroniques. Il est aussi vrai que le ministre qui a mis à profit, en marge de cette visite, pour apporter ses précisions à la presse concernant notamment cette revendication salariale des imams, a ainsi tenté de prendre de vitesse, un mouvement revendicateur des imams qui pourrait paralyser le secteur dans le jours à venir. Cependant, Mohamed Aissa en bon diplomate fera savoir implicitement que la voie du dialogue est toujours ouverte. « Le ministère est prêt à débattre de tous les problèmes socioprofessionnels des imams », a-t-il en effet mentionné. Il souligne dans le même registre que le statut du secteur des affaires religieuses ne fait l’objet d’aucun programme de révision. Raison pour laquelle il faudra, peut-être, attendre une révision préalable de ce statut. Le ministre ajoutera dans ce sens que la question de la revalorisation salariale “ne peut être débattue en ce moment, car la situation ne le permet pas”. Pour sa part, le syndicat des imams menaçait de recourir à une grève, il y a de cela deux semaines, après le rejet de ses revendications par le ministère des Affaires religieuses. Le porte-parole du syndicat, Djelloul Hadjimi, avait affirmé que les revendications des imams ne se limitaient pas à une revalorisation salariale, exigeant ainsi des logements de fonction, des véhicules de service et des garanties de sécurité. “Le ministère est prêt à débattre de tous les problèmes socioprofessionnels de l’imam et à écouter leurs représentants”, a souligné Mohamed Aissa. Il ajoute que “chaque problème soulevé, son département ministériel tente de le résoudre pour assurer la stabilité de l’imam, de la mosquée et de la société”. Le ministre a exhorté, lors de la même visite, les imams à s’engager “pour défendre l’Algérie et faire des lieux du culte une tribune pour unir et dénoncer le discours de la haine et de l’exclusion”. Le ministre a souligné que la semaine du Coran dont la 20e édition s’est ouverte lundi à Oran, “est devenue aujourd’hui en Algérie une école dont émanent les lauréats des concours internationaux”. Mohamed Aissa a déclaré que la question d’augmenter le quota de l’Algérie au Hadj n’est pas à l’ordre du jour. Le ministère des Affaires religieuses et Wakfs a offert 228 omras à des familles d’imams martyrs du devoir national, à l’occasion de l’ouverture lundi à Oran de la 20e semaine nationale du Coran, organisée trois jours durant sous le slogan “fidélité au Coran”. En outre, 37 autres omras, avec la contribution de plusieurs instances, ont été réservées aux participants à cette manifestation. Le ministre a inauguré la mosquée “Khaled Ibn El Walid” dans la commune de Hassi Bounif, a inspecté le projet de réalisation de la mosquée “Ribat Et-Talaba” au mont du Murdjadjo à Oran et celui de la mosquée “El Kheir” à Mers El Hadjadj.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*