Accueil » Actualité » Tizi-Ouzou: La loi d’orientation du secteur des affaires religieuses bientôt soumise pour approbation

Tizi-Ouzou: La loi d’orientation du secteur des affaires religieuses bientôt soumise pour approbation

La loi d’orientation du secteur des affaires religieuses et des waqfs qui est en cours d’élaboration, sera bientôt soumise au Conseil des ministres et aux deux Chambres du parlement pour examen et approbation, a annoncé, dimanche à Tizi-Ouzou, le responsable de ce secteur, le ministre Mohamed Aissa. Présent dans la capitale du Djurdjura pour assister au premier colloque national sur les  »zaouias, héritage culturel et cultuel », abrité par le musé régional du Moudjahid, ce même responsable a expliqué que l’objectif visé par cette loi d’orientation est de préserver l’héritage culturel national et de faire barrage aux multiples tentatives d’invasion d’autres courants religieux contraire à nos traditions, observant que « l’Islam hérité de nos aïeux a toujours été un Islam modéré, de réconciliation, de paix, du vivre ensemble et de partage, et qui a toujours unifié les Algériens à travers l’Histoire ». Appelant les Algériens à se rassembler autour des zaouïas qui sont « le porteur de cet héritage culturel et cultuel », Mohamed Aissa a mis l’accent sur « la nécessaire vulgarisation » de leurs préceptes moraux qui constituent « le seul rempart aux idiologies extrémistes » et aux « velléités néocolonialistes destructrices des Etats et des Nations ». Interpellé sur les discours extrémistes véhiculés par certaines chaînes de télévision captées en Algérie, le ministre a révélé que son département et en collaboration avec l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV), est en phase d’élaborer une charte pour le discours religieux sur les médias. « Nous avons déjà entamé un travail profond avec l’ARAV pour l’élaboration d’une charte pour le discours religieux sur les mass médias, qui ne sera pas imposée mais partagée dans une démarche consensuelle contre l’extrémisme », a-t-il indiqué. Concernant les revendications avancées par le syndicat des imams, le ministre a indiqué que les portes du dialogue sont ouvertes et que les questions financières et la révision des lois y afférentes ne relèvent pas des prérogatives de son département.

À propos M. Aswel

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*