Accueil » Chronique » Point de Vue: Les trappeurs sont-ils de retour !?

Point de Vue: Les trappeurs sont-ils de retour !?

Même la faune et la flore n’ont pas été épargnées par les mains destructrices. Dire autrement: même ces trucs, se trouvant loin des préoccupations et des intérêts immédiats des gens, ont été les cibles de quelques individus de mauvaise foi. Voir les choses d’une autre perspective : Les pouvoirs publics, ont–ils fait le nécessaire, du point de vue mesures adéquates et textes juridiques, en vue de protéger la faune du braconnage ? Et, de toute évidence, la flore des mains nuisibles. Une ascension du phénomène du braconnage de la faune nationale ne saurait être expliquée que par une et unique explication: l’absence d’une force qui pourrait dissuader ces forces maléfiques et les empêcher à commettre leurs forfaits à l’égard du patrimoine naturel du pays. D’ailleurs, et comme nous le savons tous, ce n’est pas uniquement, ce secteur qui est en train de subir cette inadvertance, de la part des autorités publiques. C’est une longue histoire de vouloir expliquer logiquement et politiquement les mobiles qui y seraient derrière cette connivence qui ne dit pas son nom. L’on risque de sombrer inutilement, dans les eaux troubles des interrogations, similaires à l’énigme de l’oeuf et de la poule. Restons terre à terre et essayons de voir les choses d’un point de vue, plus simpliste. Le braconnage de la faune est le résultat logique, sans passer par mille chemins, d’un laisser-aller manifesté au grand jour, pour une raison ou une autre, par ceux qui sont censés – constitutionnellement- protéger cette faune et ce patrimoine animalier national.. Logiquement, lorsque la chat s‘éclipse, les rats commettent des folies. Même, chez les gens plus civilisés de la planète, la faune et la flore, en tant que patrimoine, appartenant à la communauté nationale, sont protégées par des mesures de protection hautement perfectionnées et un cadre juridique les plus sévères qu’il soit.. Donc, n’essayons, surtout, pas d’endosser tout aux citoyens qui ne sont pas conscients. Même, si ces citoyens, disons, inconscients et irresponsables ont pu faire ce qu’ils ont fait. Ils l’ont fait parce qu’ils n’ont pas trouvé devant eux, celui qui est censé les empêcher. Théoriquement parlant, il a toujours existé un département administratif, pour ne pas dire ministériel, pour ça, avec notamment un budget, agglutiné d’une armada de fonctionnaires et d’ouvriers. Voulez-vous peut-être un exemple pour bien saisir l’idée? Et bien, comme notre Commune, possédant une armada de préposés à l’hygiène publique de la ville, mais les rues sont constamment sales.

alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*