Accueil » Oran » Alors que la zone manque cruellement de médecins spécialistes: L’EPSP El Yasmine demeure dépassé

Alors que la zone manque cruellement de médecins spécialistes: L’EPSP El Yasmine demeure dépassé

Dépassés par le flux important de citoyens, demandeurs de consultations et de soins, le personnel affilié à l’Etablissement de Proximité de Soin de Haî El Yasmine exerce dans des conditions le moins qu’on puisse dire difficiles, s’accordent à dire la population locale. En effet, pour faire face au nombre important de citoyens sollicitant ce centre, l’ensemble du personnel médical, paramédical et administratif épuise du fond de ses potentialités pour produire une prestation digne du nom permettant à tout un chacun d’être réellement efficacement pris en charge. L’affluence quotidienne n’a jamais baissé, s’exprime la réceptionniste qui, dès le début de son service est martelée par une marée de personnes voulant s’inscrire pour bénéficier d’une visite médicale ou des soins chez le dentiste ou bien le service des urgences paramédical. Ce centre qui offre plusieurs services, ajoutés à ceux déjà spécifiés précédemment, ferme ses portes à 20H00 pour permettre aux personnes, n’ayant pas le temps libre durant la journée pour se présenter, de bénéficier à leur tour d’une consultation ou des soins d’urgence. Ceci dit, ce centre à lui seul ne peut contenir et satisfaire le nombre incalculable de citoyens en quête de soin. C’est pour cela qu’il est judicieux et impératif de soutenir cet EPSP par une autre structure similaire qui pourrait être implantée au niveau de Haî Dar Es Salam, un quartier qui a connu une grande extension démographique du fait de la multiplication des constructions à caractère habitat. Il faut, également, souligner la nécessité d’ouvrir un établissement de santé qui peut assurer des soins tout au long de la nuit, en raison de l’éloignement de l’hôpital de l’USTO et le manque de moyens de transport durant les heures tardives. Les environs manquent aussi de structures médicales privées. En effet, hormis quelques laboratoires d’analyses et de médecins généralistes, les quartiers de Dar Es Salam, Haî En-Nour et El Yasmine, manquent effroyablement de médecins privés spécialistes. Enfin, il est vrai que le prix de la location des appartements au niveau de ces quartiers demeure exorbitant, ce qui dissuade les médecins spécialistes à venir ouvrir des cliniques.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*