Accueil » Uncategorized » Environnement: Un SOS pour le changement des comportements des citoyens et des entreprises

Environnement: Un SOS pour le changement des comportements des citoyens et des entreprises

L’importance de cette thématique va dans le sens d’un changement des comportements et des mentalités par rapport aux enjeux environnementaux et le développement durable. Voilà en somme le message véhiculé, hier, lors de cette conférence Nationale par les différents acteurs affiliés à cette sphère. Cette rencontre rehaussée par la présence du coordinateur du programme Switchmed, du représentant de la délégation de l’UE et celui du système des Nations Unis a été une opportunité pour faire un État des lieux et d’avancement, passant par les perspectives et enfin l’amélioration de la gestion des déchets sans oublier le Partenariat dans ce domaine. Mais l’objectif final, s’accordent à dire les experts, tend à l’encouragement de l’implication citoyenne individuelle et Associative. Toutefois le coordinateur du programme Switchmed a fait une longue rétrospective par énumérer les différentes étapes passant des objectifs du Millénaire au Développement Durable. Sur ce volet, Luc Reuter qui rappelle que le projet Switchmed est un projet d’Economie circulaire est financé et aussi appuyé par l’Union Européenne dans les différentes activités comme mode de consommation et de protection durable. Après s’être étalé sur les perspectives de ce projet, l’orateur met en exergue l’efficacité de ce projet en tant qu’acteur du changement dit-il dans le domaine de l’Environnement grâce au programme d’action par plaider en faveur du partenariat et sa promotion avec comme garant l’utilité d’un tel partenariat devant la disponibilité du potentiel et du marché. L’expert Algérien Ali Harbi a, à son tour, expliqué les tenants et les aboutissants du plan national d’action sur les modes de consommation et de production Durable (MCPD) par s’interroger quelle feuille de route faut-il pour ces modes, l’état des lieux, mise en œuvre et perspectives. D’emblée l’expert signe que le plan National d’action et les MCPD adopté actualisation et qui est le fruit d’un processus participatif intersectoriel nécessite une actualisation. Il s’oriente sur 42 actions et est axé sur 03 axes fondamentaux et stratégiques ou il faut accorder une attention particulières aux MCPD et notamment le lien entre indicateurs nationaux et indicateurs de l’objectif 12. Il est important explique-t-il devant les présents, de développer des modèles territoriaux du développement Durable et le Développement et la sensibilisation et la formation à tous les niveaux. Ali Harbi et concernant la mise en œuvre, il affirme qu’à court terme il est nécessaire de recourir à la formation du cadre de Gouvernance des MCPD au sein d’un comité national en tant que sous comité du CNE PNAED. Le lancement d’un cycle de concertation qui deviendra périodique sur l’ajustement du PNA MCPD. Avec l’ensemble des acteurs l’élaboration d’un plan de travail de déclinaison et d’appropriation des MCPD au niveau sectoriel et consolidations des connexions aux programmes sectoriels et thématiques et au PNAEDD et enfin définir et de valider le cadre national d’indicateurs de ces MCPD. Toutefois la ministre a ensuite axé son allocution surtout sur la gestion des déchets puisqu’il s’agit d’un thème phare inscrit dans la ligne de mire du Gouvernement. Fatima Zohra Zerouati qui rappelle le vide juridique inhérent dans la gestion de ce département fera savoir en priorité que ce secteur s’engage à la révision de divers textes législatifs notamment la loi sur les déchets pour la modification des modes de consommation pour lutter contre le gaspillage par réduire la génération des déchets tout en responsabilisant les acteurs concernés. La ministre de l’environnement annonce la relance imminente du dispositif de gestion des déchets d’emballage au travers notamment du dispositif ECOJEM incessamment. Selon ses propos, il s’agira notamment comme perspectives d’entériner le nouveau modèle de contrat de performance environnementale de 2ème génération basé sur une démarche volontaire des entreprises. La première responsable et devant l’ampleur de la gestion de cet épineux dossier des déchets, veut rassurer l’opinion nationale par promettre d’accompagner la société civile pour éduquer, former et encourager le citoyen à adopter des bonnes pratiques de tri et de collectes sélectives du déchet. Il est primordial, selon elle, de la reconnaissance et le partage des bonnes pratiques en matière de consommation et de production durable par insister sur le changement des comportements des citoyens et des entreprises pour faciliter la transition vers les consommations et productions durables. Enfin, elle conclut que sur le plan international son département vise le respect de la réalisation des objectifs de développement durable. Les débats ont été focalisés sur les enjeux environnementaux et de développent durable auxquels fait face l’Algérie.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*