Infos
Accueil » Chronique » Pôle & Mic: L’Afrique entre Occidentaux et asiatiques

Pôle & Mic: L’Afrique entre Occidentaux et asiatiques

L’Afrique, cet immense continent, cette immense histoire, est transformée malgré les siècles en un immense marché. Les superpuissances coloniales ont depuis longtemps appauvri et affamé les autochtones pour leur fourguer leurs produits. Les superpuissances coloniales ont compris depuis longtemps qu’il faut maintenir l’Afrique dans le cercle vicieux du sous-développement pour l’épanouissement de leurs entreprises et leurs économies. Tantôt jouant sur la mentalité tribale, tantôt commandant et fomentant des coups d’état où les mercenaires encore en Afrique prennent le rôle de stratèges, plusieurs pays africains se sont retrouvés pris au piège du bâton et de la carotte et ne pouvaient se libérer de cette menace au risque de replonger dans la guerre civile. Face à cette dure et implacable réalité, les superpuissances affichaient ailleurs dans les rencontres de la «high society», des positions humanistes et solidaires choquantes, hypocrites qui frisent le ridicule et imposent l’indignation. Rares sont les pays qui ont réussi après de longues années de résistance aux appels de sirène et aux menaces à peine voilées à s’extirper des griffes des multinationales qui ont fait main basse sur les richesses du continent noir. Après l’Occident, c’est les «anges de l’Asie» avec la Chine comme tête du peloton. La grande Chine qui avait inscrit dans sa stratégie et son offensive économiques l’Afrique comme une priorité absolue, ne cherchait en fait qu’à écouler toute sa surproduction  qu’elle ne pouvait fourguer ailleurs. Aujourd’hui, l’Afrique sans se libérer totalement du capitalisme occidental, se trouve prise dans les filets chinois et asiatiques. Sans réel développement, ni réel indépendance, ni même une réelle volonté d’aller de l’avant, ce fameux continent très compliqué, doit pourtant trouver la volonté de sortir de sa misère et exploiter lui-même ses richesses. Et c’est dans ce contexte que le Forum africain de l’investissement qui s’ouvre à Alger trouve toute son importance et toute sa pertinence. En plus pour ce qui est de l’Algérie, elle doit peser lourd lors des débats et des interventions pour reprendre la place qui lui est sienne sur le plan économique.

À propos BOUHALI Abdallah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*