Infos
Accueil » Actualité » Législatives de 2017: Pas d’alliance pour le FLN

Législatives de 2017: Pas d’alliance pour le FLN

Le FLN ne formera aucune liste commune avec d’autres partis lors de sa participation aux élections législative de 2017. A priori, il semble que le Front de Libération Nationale (FLN) compte faire cavalier seul en prévision de cette échéance que d’aucuns considèrent cruciale. Le vieux Front «ne formera aucune alliance partisane avant les législatives de 2017 », affirme en tous cas le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbas. Ould Abbas a ainsi coupé l’herbe sur les pieds des adversaires de son parti, au sujet notamment de la probable alliance du FLN avec un ou deux partis, lors des prochaines joutes. Dès lors que certains observateurs s’interrogent de savoir pourquoi l’ex-parti unique écarte à tout prix l’idée d’une telle alliance à quelques mois seulement de cette échéance ? Quelle sera la réaction des autres protagonistes face à l’annonce du premier responsable du FLN au sujet de cette alliance ? Dans une déclaration à la presse en marge d’une cérémonie organisée au siège du FLN à l’occasion de la journée internationale des personnes handicapées (3 décembre), M. Ould Abbas a pourtant indiqué ouvertement que son parti participera aux prochaines échéances électorales dans les 48 wilayas avec ses propres listes et « qu’il ne formera d’alliance avec aucun parti ». Ces derniers jours, des images retransmises par quelques chaînes télévisées privées nationales ont montré Ould Abbas ainsi que d’autres personnalités politiques comme Ouyahia le S.G du RND, présents lors d’une conférence animée par le secrétaire général du parti du Mouvement populaire algérien, Amara Benyounes, sur le programme politique de son parti. Ce qui n’a pas été sans alimenter certaines rumeurs faisant état de la probabilité de l’existence d’une entente entre ces trois partis lors des prochaines législatives. Ce que réfute en toute vraisemblance Ould Abbas lors de sa sortie d’hier. Il en ressort que le FLN version Ould Abbas entend aller aux législatives avec ses propres listes. Pourquoi? Plusieurs lectures sont avancées ici et là par des analyses de la scène politique. La première est que le délai court qui sépare cette échéance, ce qui ne permettrait pas l’option d’une alliance selon les observateurs. Ensuite, parce que le nouveau secrétaire général du FLN n’a nullement, sans doute, l’intention de «chambouler» le travail accompli par son prédécesseur en matière de réorganisation des structures organiques du parti ni mettre à l’épreuve l’équilibre et la stabilité qui règnent au sein de sa formation, à moins de quelques mois de ce rendez-vous que d’aucuns qualifient déjà de capital pour la classe politique. Il est en effet répandu ans certains milieux que ces législatives vont baliser le terrain vers un prochain remaniement de la configuration de la carte politique. Toutefois, le SG du FLN n’a pas exclu la possibilité de former des alliances politiques après les législatives. A une question sur le congrès national du FLN, M. Ould Abbas a fait savoir que le congrès se tiendra dans la wilaya de Boumerdès avec plus de mille participants et donnera lieu à des recommandations à même d’enrichir le programme électoral du parti. Par ailleurs, M.Ould Abbas a réitéré « l’intérêt particulier qu’accorde le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à la prise en charge optimale des personnes aux besoins spécifiques » rappelant, dans ce sens, les efforts consentis par l’Etat en faveur de cette catégorie de la société. A noter que la cérémonie, organisée par des associations activant dans le domaine de la protection des droits des personnes handicapées, a été marquée par un hommage rendu à M.Ould Abbas « pour les efforts qu’il a déployé quand il était ministre de la solidarité nationale ».

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*