Accueil » Chronique » Pôle & Mic: Le BAC, cette vedette toujours sous les projecteurs

Pôle & Mic: Le BAC, cette vedette toujours sous les projecteurs

Le BAC n’est pas encore à l’abri des polémiques, des changements et des passions. Il continue toujours, y compris  pour cette année scolaire, à soulever les interrogations des uns et les répliques des autres. Il mobilise staff ministériel, éducatif et parental. Il a pourtant connu bien des modifications, de nombreux ajustements et une série de mesures de modernisation. La ministre n’a pas encore tout bouclé mais n’a pas non plus lâché prise. Elle mène réunions et campagnes pour le bien fondé de sa vision. Certains se montrent enthousiastes, d’autres applaudissent et tout un clan dégaine par de longues listes de critiques. Et le BAC reste encore cette année la vedette, loin devant d’autres examens n’ayant pas encore la chance de se mettre sous les feux des projecteurs. Benghabrit veut lui voler la vedette comme les syndicalistes devant un public composé de parents d’élèves ne sachant pas s’il faut applaudir ou huer. Cours de soutiens, fraude, comprimés anti-stress et anti-fatique pour ces fans pas comme les autres qui doivent cravacher dur, bousculer et se faire bousculer pour une autographe de ce fameux Bac. Et ce n’est toujours pas fini, version après version, mobilisation après mobilisation, année après année, il est toujours présent, provocateur et orgueilleux. Tout le monde en rêve, chacun pour ses raisons. Les uns veulent le décrocher, les autres veulent l’élever plus haut et d’autres veulent le salir. Une véritable vedette pourchassée par les paparazzis mais qui reste imperturbable et sereine. Depuis des lustres, il déchaîne les passions, fait des heureux et des malheureux, limoge des ministres et des directeurs, paralyse les établissements scolaires et provoque des rassemblements et des sit-in. Benghabrit fait tout pour le mater, le contrôler et l’apprivoiser. Peut-être qu’elle y est presque, peut-être qu’elle y arrive enfin, peut-être qu’il finira  par céder et on éteindra enfin les projecteurs, les débats et les confrontations.

À propos BOUHALI Abdallah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*