Infos
Accueil » Chronique » Pôle & Mic: Sida: un tabou social

Pôle & Mic: Sida: un tabou social

Il va sans dire que les progrès de la médecine sont d’une actualité brûlante, étant le foyer des préventions qui tentent d’endiguer les maladies. A travers la recherche et maintes expériences, on essaie de décortiquer les causes pour éradiquer le mal qui ronge l’individu. Mais devant de tels exploits de découverte, il n’en demeure pas moins de voir que certains virus, tels que celui du sida et du cancer, demeurent en butte au mystère. Malgré tous les efforts, les chercheurs n’arrivent toujours pas à trouver le médicament miracle pour stopper la maladie. Pour mieux expliquer, nous allons aborder la question du sida qui reste un sujet largement tabou. Les campagnes de prévention qui essaient de se multiplier, ne réussissent pas à casser ce blocage puisqu’il s’agit d’une affaire sexuelle qui au demeurant se révèle interdite. Malgré la bonne foi et la volonté des organisateurs de sensibiliser un maximum de personnes, la tâche est ardue et pas facile à aborder ce sujet sans créer un climat de gêne et de suspicion. Quels moyens alors utilisés pour casser ce tabou et faire un travail de proximité? La communication sur des questions sensibles telles que la sexualité, reste un thème semé d’embûches et de préjugés en raison de la violence symbolique qui le caractérise. Le dialogue parent\enfant est quasiment absent. Devant cet état de fait qui plonge la société dans le repli sur soi, ne serait-il pas souhaitable de dédogmatiser l’aspect traditionnel en affrontant l’abîme pour ainsi dire de façon frontale? Les atavismes tribaux délitent le lien social et le facteur de l’incommunicabilité se situe dans la dialectique de la domination traditionnelle. Il est nécessaire de défendre la parole libre exempte d’autorité. Cette inertie comportementale d’une société entrouverte favorise en soi le surmoi collectif qui est en permanence aux aguets. Dans ce cas de figure, la dynamique de reconstruction des modes de socialisation se caractérise comme nous l’avons vu par l’unilatéralité de nouvelles normes imposées par l’hégémonie du cadre traditionnel qui à son tour obéit aux injonctions des interdits et des tabous. Il ne faut pas non plus négliger la sexualité chez l’enfant qui reste une inconnue. Dans ce schéma de déconstruction, il s’agira de saisir à travers la libération de la parole, la nature du compromis de l’incommunicabilité qui déterminera par la suite, la configuration spécifique des relations entre tradition et modernité dans cet espace social. Au-delà de cette caractéristique de l’éducation informelle qui trouve refuge dans la tradition à religion, l’éclosion d’une société civile aura pour rôle de se situer aux antipodes de cet accord social qui favorise le bégaiement de la pensée.

À propos Adnan Mouri

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*