Accueil » Actualité » Une motion de retrait de confiance remise au président de l’APN: Ce qui est reproché à Bouhadja

Une motion de retrait de confiance remise au président de l’APN: Ce qui est reproché à Bouhadja

Il faut souligner que le remplacement d’un président d’une Chambre élue est toléré dans deux cas: soit la démission ou le décès. Force est de relever que le cas de l’actuel président de l’APN, ne se trouve pas dans ces deux scénarios. Y aurait-il un « vice de forme ? », s’interrogent des spécialistes. Et qu’est-ce qui pourrait bien se tramer dans le geste politique de ses adversaires? Le moins que l’on puisse dire, est que le fossé s’enfonce de plus belle entre les deux parties au point où une certaine classe politique se demande qu’est-ce qui est reproché réellement à Said Bouhadja? Pour l’heure, le président de l’APN semble afficher une sérénité à défier toute épreuve. Il bénéficie du soutien d’une partie des députés. De leur côté, les cinq présidents des groupes parlementaires et les présidents des commissions permanentes de l’Assemblée populaire nationale (APN) ont signé, mardi, une motion de retrait de confiance au président de l’APN, Said Bouhadja. Ils ont également appelé à « la tenue d’une réunion d’urgence, mercredi, du bureau de l’Assemblée pour prendre les mesures nécessaires », au sujet de la situation prévalant à l’APN. A l’issue de leur réunion, des représentants des députés ont déclaré à la presse qu' »au regard de la situation de l’APN, il est nécessaire de tenir une réunion d’urgence mercredi (hier) à l’effet de prendre les mesures et procédures adéquates ». Seulement voilà, d’après les spécialistes, il est fort à parier que cet appel pour cette « réunion d’urgence » auquel appellent les adversaires de Bouhadja, ne soit pas être de la même oreille par ce dernier qui à l’air de camper plus que jamais sur ses positions. Il est reproché à Bouhadja sa gestion financière et avoir verrouillé l’administration. Ce dernier se défend bec et ongles. Il assure qu’il avait incité d’une manière continuelle le comptable à se conformer aux procédures concernant notamment la maîtrise des dépenses. D’aucuns considèrent que ces instructions de Bouhadja était intervenues dans un contexte d’austérité budgétaire et de limitation de la dépense publique. Les représentants des députés en question ont précisé que leur appel pour la tenue de cette réunion intervient suite au « retrait de la couverture politique à M. Bouhadja » et aux « dépassements enregistrés qui ont enfreint les dispositions du règlement intérieur de l’Assemblée ». A noter que les députés des cinq groupes parlementaires sont signataires de la motion de « retrait de confiance » du président de l’Assemblée populaire nationale (APN). Ils avaient, rappelons-le, organisé, mardi matin, un rassemblement de protestation devant le siège de l’Assemblée pour pousser M. Bouhadja à la démission. Les présidents de ces groupes parlementaires avaient remis au président de l’APN une motion de « retrait de confiance » dans laquelle ils ont dénoncé des « dépassements et violations » enregistrés au sein de l’institution législative, à savoir « marginalisation éhontée, ajournement intentionnel de l’adoption du Règlement intérieur de l’APN, marginalisation des membres de la Commission des affaires juridiques, mauvaise gestion, frais exagérés déboursés illicitement, la non répartition des missions à l’étranger sur la base de la représentation proportionnelle et recrutement aléatoire et douteux ». M. Bouhadja avait répondu, lors d’une réunion tenue la semaine dernière avec les directeurs de l’administration, des finances et des relations extérieures à l’APN à ces accusations. Il avait affirmé que « ces reproches exprimées dernièrement sur la gestion administrative de l’Assemblée n’ont pas fait l’objet de questionnement au niveau des réunions du Bureau de l’APN ». Le président de l’assemblée a rappelé les instructions qu’il a données à l’administration pour « une bonne application des lois régissant l’action de l’APN ». Il a relevé aussi « avoir incité d’une manière continuelle, le comptable à se conformer aux procédures exactes relatives à la gestion financière et à maîtriser les dépenses ». Dans un communiqué rendu public à l’issue de sa réunion tenue sous la présidence du Secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès, au siège du parti, le Bureau politique a annoncé, lundi, sa décision prise à l’unanimité concernant le « retrait de la couverture politique à Saïd Bouhadja qui sera traduit en Conseil de discipline conformément aux statuts et au règlement intérieur du FLN ». Le Bureau politique a expliqué cette décision par le « non respect par M. Bouhadja de l’appel lancé par les députés FLN à l’APN et ceux des autres groupes parlementaires qui ont demandé sa démission de la présidence de l’Assemblée et ses attitudes irresponsables qui pourraient porter atteinte à l’image du Parlement ». Ce n’est pas tout puisque le Bureau politique reproche aussi à Bouhadja « le manquement à son engagement d’honneur et aux promesses faites au lendemain de sa candidature aux législatives de 2017 dans lesquels il s’est engagé à respecter les instructions émanant de la Direction politique du FLN ».

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*