Accueil » Régions » Rentrée universitaire à Béjaia: L’Association «Savoir plus» dresse le constat

Rentrée universitaire à Béjaia: L’Association «Savoir plus» dresse le constat

Au moment où les élus de l’assemblée populaire de wilaya se penchent sur l’examen de la nouvelle rentrée universitaire, lors d’une session ordinaire, les étudiants regroupés au sein de l’association «Savoir plus» dressent un tableau peu reluisant de la situation qui prévaut au sein de l’Université Abderrahmane Mira de Béjaia. En effet, dans une déclaration rendue publique, d’emblée, les étudiants affiliés à cette organisation estiment que «la rentrée sociale et universitaire de l’année 2018/2019 s’inscrit dans un contexte des plus délicats», imputant cette situation aux difficultés économiques que vit le pays suite à la baisse des prix du pétrole qui «se répercutent concrètement sur l’université». «Le désengagement de l’Etat du secteur public car jugé improductif tend à rendre gorge à une université qui été toujours le centre dynamique du pays», écrivent encore les rédacteurs du document qui estiment que «la marche forcée vers la privatisation du secteur est enclenchée dont l’objectif final est de construire une université élitiste réservée exclusivement à une caste de riches et d’ultra riches». Aux yeux des étudiants de l’Université Abderrahmane Mira de Béjaia, «les filles et fils des masses populaires rempliront ainsi le rôle d’auxiliaires dans le monde du travail et d’une main-d’œuvre sous-payée». Le LMD est encore une fois mis à l’index en voyant en lui «un système parachuté d’Europe suite au processus de Bologne et imposé d’une manière anti-démocratique et s’inscrit dans le cadre de cette logique globale dont l’université algérienne continue de payer les frais vise une intégration plus accrue de l’économie algérienne au marché global». «Un système LMD qui s’inscrit en faux avec les besoins et la réalité du marché algérien», affirment encore les étudiants universitaires qui pointent du doigt ce système ayant réduit «l’étudiant comme sujet pensant à un vulgaire chiffre dans la logique fumeuse de la gestion des flux, bridant ainsi le procès d’accumulation des savoirs en les sacrifiant sur l’autel de la logique de quotas, ce qui ouvre grand la porte aux manœuvres bureautiques». Décortiquant la situation prévalant à l’université de Bejaia, à l’instar d’autres universités de part le pays, les étudiants dressant un tableau peu reluisant de la situation en énumérant un certain nombre de problèmes qui freinent son développement dont entre autres: «La dégradation des conditions pédagogiques, vie sociale précaire au niveau des résidences, autoritarisme et gestion anti-démocratique des affaires de l’université, non respect des choix, restriction du nombre de places au master…etc.» Cette situation prévalant au sein de cette université a poussé les étudiants, selon les membres de l’association «Savoir plus», à «un abandon massif des études et offrant nos jeunes en pâture à l’économie informelle. Pour les plus ‘’chanceux’’ le visa d’étude se présente comme l’aubaine providentielle pour s’arracher un avenir face un horizon qui s’annonce sombre». A cette situation, il convient aussi d’ajouter «les attaques permanentes contre les acquis des étudiants visent à saper un long héritage de lutte couronné de succès» et comme en 2011, 2013, 2014, 2015, l’université de Bejaia est à l’avant-poste des causes justes, estiment encore les rédacteurs du document qui appellent à «préserver les acquis et en arracher davantage» et «lutter en la mesure des attaques». Il convient de signaler que lors de sa prise de parole durant la session ordinaire de l’APW, le professeur Boualem Saïdani, recteur de l’université de Béjaïa, a tenu à rassurer les élus sur «les dispositions nécessaires prises pour une bonne prise en charge de nos étudiants», affirmant aussi que «la wilaya de Bejaia sera renforcée bientôt par de nouvelles infrastructures universitaires». «Les travaux de réalisation du campus universitaire d’El-Kseur avancent de manière satisfaisante, ainsi que ceux qui concernent l’auditorium de 1.000 places pédagogiques au niveau du Campus d’Aboudaou», estime la Cellule de communication de la wilaya qui précise que «le suivi régulier des chantiers est assuré par les directions concernées de la wilaya sur instruction de M. le wali». Par ailleurs, l’Université de Béjaïa Abderrahmane Mira de Béjaia a été distinguée cette année en se positionnant en tête des universités algériennes, selon le classement effectué le mois de juin 2018 l’institution » Scimago » qui a classé les universités. Pour le professeur Saïdani, cette consécration de l’Université de Béjaia «est un saut qualitatif et extraordinaire en réalisant une progression fulgurante en passant de la 25e à la 1ère place en un temps record». A l’échelle continentale, l’université de Béjaïa Abderrahmane Mira de Béjaia est classée à la 29e place, les principaux critères de classement sur lesquels se base  » Scimago », sont “la qualité de la formation et la qualité de la production de la recherche scientifique, excellence et leadership, publications de haut niveau, innovation et visibilité sur le web et la collaboration internationale ».

À propos Hocine Smaâli

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*