Accueil » Oran » Les grandes entreprises raflent tous les marchés: Les PME en danger !

Les grandes entreprises raflent tous les marchés: Les PME en danger !

Créées dans l’optique de promouvoir l’activité économique dans la région, les PME n’arrivent plus à se tenir debout, comme en témoignent les statistiques enregistrées par le Centre du registre du commerce, antenne d’Oran. En effet, la moitié des petites et moyennes entreprises ont jeté l’éponge après quelques années d’activité infructueuse. Les statistiques sont accablantes, d’une dizaine de milliers de nouvelles PME nouvellement créées, une grande partie a déposé le bilan. Alors, quelles sont les raisons de ce déclin, sachant que nos voisins de l’Est et de l’Ouest et même du Nord portent une grande importance à ce genre d’activité économique? Pour les porteurs de projets, il ne faut pas tourner autour du pot, pour identifier le problème. En effet, plusieurs d’entre eux sont en difficultés, primo, en raison de la saturation de certains créneaux, secundo, les portes des marchés leur sont fermées, et c’est toujours le même rituel, à savoir le manque d’expérience et les cahiers de charges qui font l’affaire d’un groupe restreint qui s’accapare de la grosse part du gâteau. Les sociétés de taxi, de location de voitures, les cybercafés, les fast-foods, la vente de gâteaux orientaux et les bureaux de services informatiques, tels sont les créneaux des bénéficiaires d’aide de l’Etat. Des secteurs bien limités alors que d’autres sont dominés outrageusement par certaines grandes entreprises. Malheureusement, ces choix sont pris au détriment d’un secteur de l’industrie qui pourrait tant apporter pour le pays. En fait, 10% de porteurs de projets sont portés vers cette filiale alors que le tourisme demeure un champ non exploité. Par contre, d’autres secteurs n’attirent pas vraiment les porteurs de projets à l’instar de l’agriculture. Les statistiques prouvent que les jeunes Algériens ne sont pas intéressés par ce créneau, qui demeure, en principe le leitmotiv du développement de l’économie nationale. Enfin, les jeunes porteurs de projet lancent un cri de détresse car d’autres entreprises sont au point de changer d’activités si les autorités ne leur facilitent la tâche et ne leur procurent plus de facilité dans l’octroi des marchés.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*