Infos
Accueil » Actualité » Après adoption du projet de loi par les députés: La retraite divise le Parlement

Après adoption du projet de loi par les députés: La retraite divise le Parlement

Beaucoup de mouvements mais surtout d’agitations avaient prévalu, hier, dans l’hémicycle de la Chambre basse à l’occasion de l’adoption du projet de loi relative à la retraite. Ce projet a soulevé moult interrogations des contestataires concernant son élaboration en l’absence des syndicats autonomes et en présence uniquement de l’UGTA comme seul porte-parole des syndicalistes et des travailleurs.
Ce qui a par contre soulevé l’ire des présents dans cette séance d’adoption, est incontestablement le très controversé article concernant l’accumulation des 32 ans de travail pour prétendre partir en retraite. Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale a surpris les présents par l’introduction d’un amendement oral mais non écrit concernant le projet de loi. Cet amendement n’était pas du goût des présents pour la simple raison qu’il s’est fait d’une manière orale. Cela sous-entend que son application risque de causer des problèmes. Peut-on partir à la retraite avant l’âge de 60 ans même si on a accumulé les 32 ans de travail? Mohamed El Gahazi ne peut contredire le propos ni les orientations du président de la République par apporter certaines corrections au projet d’où le recours à l’amendement oral pour faire taire les voix de la discorde des partis de l’Alliance verte et du PT sans oublier certains Indépendantistes et Islamistes. Cette problématique de 32 ans de cotisation pour prétendre à la retraite ne doit pas forcément obéir à l’âge de 60 ans tel que stipulé dans le projet. Cette mesure, et vu le nombre d’amendements, a un salut définitif de la part d’El Ghazi car on peut partir en retraite avant 60 ans mais avec une cotisation ayant atteint le summum de 32 ans. «Elle ne sera pas applicable après cette adoption et sera par contre reportée au delà de 02 années», explique le ministre concernant les cotisations avant l’application de la loi. A l’évidence, cet article controversé et incriminé à la fois qu’est l’amendement N-03 dont le rapporteur est Mansouri Abdelkrim, a connu 09 amendements, selon la rapport préliminaire. Il sera suspendu pendant 02 années, selon le ministre, à compter de cette date jusqu’au nouvel ordre soit en 2018. Cela veut dire que la proposition d’introduction d’un nouvel article pour prétendre partir en retraite avant 60 ans avec 32 ans d’expérience est catégoriquement rejeté et au ministre de trouver cette solution urgente pour calmer les esprits en effervescence. Rappelons que la moyenne mondiale de la retraite est calculée sur la base du versement des cotisations de cinq travailleurs pour un seul travailleur alors que la moyenne en Algérie est calculée sur la base du versement des cotisations de deux travailleurs pour un seul retraité. Ce qui impose à l’Etat de prendre en charge cette différence à travers une solidarité entre les différentes caisses d’assurance sociale. La demande massive de départ en retraite anticipée a réduit les taux de cotisation à la CNR, causant ainsi un déséquilibre financier sans précédent en cette période de crise financière. Rappelons également que la CNR était sinistrée pour la simple raison que des actions de solidarité ont été financées par elle et retirées de la caisse de retraite causant un énorme trou financier plafonnant les 08 milliards. Le projet de loi comprend plusieurs nouvelles dispositions portant essentiellement sur le maintien de l’âge minimum de la retraite à 60 ans et le maintien de la possibilité de départ à la retraite pour la femme travailleuse, à sa demande, dès l’âge de 55 ans. A contrario, beaucoup de voix se sont élevées surtout celles des travailleurs des secteurs de l’éducation et de la santé pour dénoncer ce projet.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*