Accueil » Sport » Le sélectionneur national répond à Rabah Saâdane Belmadi : ‘’ c’est de la démence, de la folie, de la mythomanie…’’

Le sélectionneur national répond à Rabah Saâdane Belmadi : ‘’ c’est de la démence, de la folie, de la mythomanie…’’

L’un des points culminants de la conférence de presse de Djamel Belmadi, hier à la mi-journée au centre technique national de Sidi-Moussa aura, certainement, été sa réponse à l’attaque dont il a fait l’objet de la part de l’ex-DTN, Rabah Saâdane.
Sans fioritures et sans prendre de gants, le sélectionneur national s’est voulu clair, net et précis.
‘’J’ai pris connaissance de ces déclarations en même temps que mes parents. Nous avons reçu le bus en pleine tête, avec à la place du chauffeur monsieur Saâdane. Mes sentiments ? de la colère tout d’abord. D’autant plus que lorsque je vois mes parents qui sont ici entendre ce qui s’est dit, sans pour autant que cela soit nuancé. A mon père, ils lui disent voilà, ton fils a interdit le restaurant à monsieur Saâdane ! Il ne comprend pas, il ne reconnait pas son fils. Ça veut dire quoi, il refuse le restaurant à monsieur Saâdane ? Il ne comprend pas. Donc, ça, ça fait mal. Ça fait même très mal. Hier, j’étais encore dans tous mes états, parce que c’est tellement sordide, c’est tellement fou. Il fut un temps où il y a eu d’autres déclarations comme celle-là de monsieur Saâadane. En 2004. Mais je n’ai pas voulu entrer dans ce jeu-là, je me suis dit, j’étais en face de lui, on a joué une coupe d’Afrique, on n’avait jamais échangé et quand on est arrivé à la fin, j’ai dit ce que j’avais à lui dire, en face. Quand il rappelle ça, je me dis qu’il peut y avoir des dégâts collatéraux, comme la famille et tout. Comme cela s’est produit avec mes parents. Mais un jour je lui dirai en face ! Car c’est la manière avec laquelle je procède. Quand je vois cela, je me dis que peut-être en 2004, j’aurai dû tué le bébé dans l’œuf. Car ce qu’il dit, ce n’est pas seulement des absurdités, c’est très grave. C’est de la folie. Je ne veux pas descendre à un si bas niveau. Le niveau est très bas, trop fou. Et je serai moi-même fou d’entrer là-dedans. Rapporter de tels mensonges, c’est de la folie, c’est un mensonge compulsif, c’est de la mythomanie, limite de la démence. Alors, je dis hassbiya Allaho wa nîma el wakil. J’ai vu quinze minutes de ce qu’il a dit. Alors, s’il y a 0,001 % de vrai dans ce qu’il a dit, je paye ici et dans l’au-delà. Tout ce qu’il a dit est faux et archi-faux me concernant. C’est fabulé, inventé, crée, limite de la démence…’’ lâchera, ainsi, Djamel Belmadi.

À propos Seïf-Eddine R

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*