Accueil » Actualité » Coopération algéro-européenne en matière pénitentiaire: L’UE plaide pour des structures interrégionales

Coopération algéro-européenne en matière pénitentiaire: L’UE plaide pour des structures interrégionales

La culture de la performance et le management par objectif au sein de la direction générale de l’administration pénitentiaire algérienne (DGAPR) a été parmi les thèmes phares qui ont été abordés, hier, lors de ce séminaire organisé conjointement par le ministère de la Justice et l’UE dans le cadre de la coopération en matière pénitentiaire en présence du Garde des sceaux et du chef de la délégation de l’Union Européenne en Algérie. M.Bruno Clément Petremann, conseiller résident de jumelage au niveau de l’UE, nous dira en marge de ce séminaire relatif à la culture de performance et le management par objectif au sein de la DGAPR qu’il est impératif dans le cadre de ses réformes que l’Algérie puisse entretenir un dialogue de performance entre l’administration et les structures pénitentiaires par l’introduction d’une nouvelle culture pour promouvoir la Ressource Humaine. Selon notre interlocuteur que nous avons rencontré, hier, à l’hôtel Ryadh à Sidi Fredj en marge de ce séminaire Algérie-Europe, le Parlement algérien a examiné au mois de Mai dernier, un projet visant à instaurer une loi de finances organique qui n’est autre que le projet LOLF mis en France en 2001. Selon ses grands axes, il s’agit de définir un plan de performance annuel pour chaque département ministériel, de définir les objectifs et les indicateurs et mécanismes et enfin d’évaluer et de responsabiliser des ordonnateurs. Le conseiller résident de jumelage nous explique la problématique de gestion des ressources humaines par proposer aux responsables algériens que le jumelage permettra à la DGAPR la poursuite dans cette voie en assimilant les méthodes utilisées par la DAP française soit 450 cadres formés le Management par objectif. Plus explicite, notre interlocuteur plaide pour l’adoption de cette nouvelle culture qui permettra à l’administration pénitentiaire algérienne de poursuivre la modernisation de son organisation et de ses modalités de management. L’Algérie, conclut Bruno Clément Petremann, doit réfléchir sur la mise en place de structures interrégionales comme ce fut le cas en France où il existe actuellement 09 structures interrégionales alors qu’en Algérie, il existe une pléthore de prisons devant l’absence de ces échelons interrégionaux et la direction centrale ne peut à elle seule agir et ouvrir un dialogue de performances. Toutefois, il est nécessaire de définir clairement les objectifs fixés par le parlement algérien dans la loi de Finances 2018 concernant l’alignement stratégique par améliorer la sécurité pénitentiaire, disponibilité des caméras de surveillance, formation du personnel et dialogue de performance entre l’administration et les structures pénitentiaires pour la concrétisation des indicateurs. Les travaux de ce séminaire se sont poursuivis après le départ de Tayeb Louh par la poursuite des interventions sur la prise en charge sanitaire de la population carcérale du sous directeur de la santé et de la prévention au niveau du ministère de la Santé, sur la conformité du système pénitentiaire algérien aux normes internationales de Ben Aissa Sid Ali, DG des conditions de détention. Des tables rondes seront organisées lors de ces 02 journées et aborderont la problématique de politique en matière de Ressources humaine, la politique de la réinsertion et de la sécurité et enfin le développement des aménagements des peines et l’exemple du placement sous surveillance électronique avant de conclure ce séminaire par l’intervention du DG de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion sur la mise en place d’une réforme pénitentiaire. Il faut dire que la délégation de l’UE a suivi minutieusement le déroulement de ces travaux pendant que plusieurs responsables algériens les ont carrément désertés après le départ du Garde des sceaux. Les séminaristes se déplaceront, aujourd’hui, à l’école nationale des fonctionnaires de l’administration pénitentiaire ENFAP et de l’établissement de rééducation et de réadaptation.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*