Accueil » Chronique » Point de Vue: La récidivante question de la harga

Point de Vue: La récidivante question de la harga

Y aurait–il un jour une solution radicale à la tracassante question de la harga ? Personnellement, je ne le crois absolument pas. Et bien pourquoi ? Pour la simple raison, qu’il n’y a – pour le moment – aucune volonté politique, que ce soit au niveau des pouvoirs publics nationaux ou internationaux, travaillant sérieusement à éradiquer ce phénomène. Tous ce que l’on s’est contenté de faire, c’est bien de faire la comptabilité des morts et des secourus. Dans la presse et les réseaux sociaux ; c’est un fait divers comme un autre. Ce sont des centaines de vies humaines passant au trépas annuellement, au cours de ces aventures à haut risque. Oui certes ! Mais, c’est toujours un fait divers et rien de plus … On est navré, semble-t-il, que de telles tragédies affligeantes aient lieu à une époque où tout le monde serait devenu le chantre des droits de l’homme et où la dignité humaine serait également devenue la marchandise la plus cotée dans les bourses de l’hypocrisie internationale. Toute la question prend racine dans le fait que des pays du Tiers-monde, africains notamment étaient gouvernés par des régimes fantoches, anti-démocratiques, anti-droit, issues des coups d’Etats sanglants. Il faut également savoir que les démographies dans ces pays sont galopantes. Ce qui fait que ces régimes se trouvent dans des incapacités totales à maîtriser des situations pareilles, exigeant des solutions scientifiques et rationnelles. Ce que ces régimes en sont totalement dépourvus. La seule et unique solution – facile évidemment- sera, donc, d’exporter de façon illégale ce surplus de populations, d’abord vers les pays de l’Afrique du Nord et par extension vers l’Europe. L’Occident ne peut opérer des changements dans les régimes africains. Pourquoi ? Pour la simple raison qu’il n’est pas de son intérêt que ces régimes disparaissent, qu’ils entretiennent, d’ailleurs et protégent. Des régimes nationalistes démocratiques, légitimes issus de la volonté populaire, s’ils vont œuvrer à restituer au citoyen africain sa dignité, ils empêcheront toutefois, le bradage systématique des biens et des richesses de l’Afrique, par les compagnies « d’investissement » occidentales de tutelle. Donc, cette solution ne sera pas la bonne. Un pays démographiquement puissant, comme le Nigeria va atteindre prochainement les 200 millions d’habitants. Ce pays avec les moyens « politiques » très modestes qu’il possède pour sa gestion, en dépit de ses richesses inestimables est un régime d’apparatchiks corrompus et des conflits ethnico confessionnels. Que feront ces populations désorientées et trahies ? Si ce n’est pas prendre le chemin facile de la migration vers l’Afrique du Nord. Voilà toute la question.
alkaderdz62@yahoo.fr

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*