Accueil » Économie » 10ème Réunion du comité Ministériel OPEP et non OPEP à Alger: Comment équilibrer le marché?

10ème Réunion du comité Ministériel OPEP et non OPEP à Alger: Comment équilibrer le marché?

Un appel est lancé pour attirer d’autres membres producteurs qui souhaitent rallier pour renforcer les rangs des membres de l’OPEP. Tous les participants à ce grand rendez-vous à Alger qui affichaient un optimisme inégalable, étaient unanimes quant à la stabilisation du marché pour une économie globale. Dans leurs interventions respectives, ils avaient tous, dans leur constat, affiché leur scepticisme quant à cette stabilité mais par se prémunir d’une éventuelle fluctuation car, selon leurs propos tenus au cours de cette réunion, « il ne faut pas dormir sur ses lauriers en adoptant la prudence ». Au cours des travaux du comité ministériel qui se sont ouverts, hier, à l’hôtel Aurassi à Alger, les pays membres de l’OPEP dont la fédération de Russie, le Venezuela, la Malaisie, Le Qatar, l’Arabie Saoudite, le Koweït, la Libye, entre autres, ont plaidé pour la conjugaison des efforts entre pays producteurs et pays consommateurs dans la perspective de faciliter l’échange d’analyse et de perspectives conjointes ce qui fournit une contribution précieuse à l’évolution du processus de conformité. Le JMMC est composé de 04 pays membres de l’OPEP dont l’Algérie, l’Arabie Saoudite, le Koweït, et Venezuela et de 02 pays non membres de l’OPEP que sont la Russie et Oman. Le président de cette conférence de l’UAE en 2018 a assisté également aux réunions du JMMC qui est présidé par le ministre saoudien et Co présidé par le ministre russe. Lors du coup d’envoi de cette réunion, hier, devant un nombre impressionnant de journalistes, tous organes confondus et medias nationaux ont pris part à cet historique rendez-vous pour commémorer ce 2ème anniversaire pour la célébration de l’accord d’Alger. Dans son intervention de circonstance et devant les hôtes de l’Algérie, le ministre de l’Énergie algérien a fait une rétrospective de la première réunion de l’OPEP tenue en Algérie en 1975 et qui a constitué un précédant dans les annales de l’histoire de l’Énergie et du Pétrole et qui a été couronnée par une série d’accord suivis de succès dont l’accord d’Alger et ensuite celui d’Oran. Moustapha Guitouni a ensuite versé dans un long plaidoyer par vouer tous les mérites de cet accord historique d’Alger signé le 28 septembre 2016 et qui a permis de jeter les pans pour une base solide de coopération entre les 25 pays producteurs de pétrole et pays non producteurs et consommateurs pour la récupération de l’équilibre du marché pétrolier. L’orateur qualifie cette réunion de positive puisqu’elle permet de tâter le pouls de la bonne gestion pour une vision claire et transparente. En d’autres termes, Guitouni considère cette opportunité comme étant un succès historique qui peut avoir des conséquences positives pour l’acquisition d’une transition stable puisque poursuit-il des doutes non justifiés pesaient sur notre capacité collective à agir efficacement pour l’élimination de l’excédent des stocks et la restauration de l’équilibre du marché pétrolier où il était important, dit-il, de faire preuve de leadership, de flexibilité et de bonne gouvernance. Ces travaux et selon les propos du ministre algérien sont l’expression de cette bonne Gouvernance qui donne au marché pétrolier une visibilité nécessaire et plus de transparence notamment sur le niveau mensuel d’offre des 25 pays signataires conclut-il avant de céder la parole aux autres responsables de cette organisation mondiale de pétrole. Toujours et par volet d’évaluation, le ministre de l’Énergie l’Arabie Saoudite a été plus réaliste mais néanmoins prudent car, selon lui, l’objectif visé est le bien-être du consommateur après avoir plaidé en faveur de la poursuite de la coopération par exprimer toute sa satisfaction mais par avertir contre cet Environnement volatile. Khalid Le Falih craint pour la stabilité du marché qui reste tributaire de mesures appropriées et un contrôle sage pour améliorer la coopération entre pays OPEP et non OPEP. Cependant, le ministre de l’Énergie de la fédération de Russie s’est montré plus pragmatique après le constat peu reluisant de cette coopération entre les pays membres de l’OPEP. Alexandre Novack a focalisé sur l’effet positif, par énumérer une série de mesures palpables dont des résultats extraordinaires, des réserves maintenues, un million de barils par jour, et enfin des résultats extraordinaires. L’hôte russe a mis en exergue cette conformité entre pays membres qui a pu être concrétisée, sans cette solidarité, dit-il « nous serons loin, d’atteindre l’objectif tracé en juin 2018. Il conclut par cette prévision optimiste et annonce la bonne santé du marché pétrolier « qui va beaucoup mieux ». Il est urgent selon l’aide de préserver la plateforme pour faire face au défi et développer une économie globale. Un appel aux consommateurs est lancé pour la préservation de l’équilibre du marché mondial. Le ministre de l’Énergie Emirati, lui aussi, a abondé dans le même sens par mettre en relief le rôle joué par l’Algérie comme étant un pays catalyseur grâce aux efforts fournis par le président Bouteflika pour une stabilisation à la fois exemplaire et extraordinaire conclut ElMazroui. Après cette note d’optimisme qui s’est dégagée, hier, à l’hôtel Aurassi à l’occasion de la 10ème réunion du comité ministériel mixte de suivi OPEP et non OPEP JMMC 10, les participants ont procédé à une session fermée avant de procéder à une cérémonie d’hommage au président Bouteflika à l’occasion du 2ème anniversaire de l’accord d’Alger. Le PDG de Sonatrach nous a clairement signifié le bon déroulement de ses travaux idem pour nos hôtes malaisiens et vénézuéliens.
Nadira FOUDAD

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*