Accueil » Oran » La Mosquée «Pacha» de Sidi Houari toujours fermée: L’opération de réhabilitation pose toujours problème

La Mosquée «Pacha» de Sidi Houari toujours fermée: L’opération de réhabilitation pose toujours problème

La célèbre mosquée de Pacha qui date de l’ère Ottomanne fait encore la fierté du quartier de Sidi Houari. Il est vrai que cette mosquée a été concernée par une opération de réhabilitation sauf que celle-ci ne semble pas avoir donné les résultats escomptés selon des spécialistes en l’architecture et en restauration.
«C’est une mosquée  dont l’étude d’aménagement et de réhabilitation ne ressemble à aucun autre monument», répliquent ces spécialistes. «C’est la raison essentielle que sa réhabilitation sur le plan de respect de l’architecture n’a jamais donné des résultats palpables et complets», disent-ils. Sa réhabilitation a telle été achevée? A-t-elle été incomplète? Faut-il une étude spécifique pour restaurer cette belle mosquée, témoin d’une civilisation? Rappelons que dans la capitale, un monument a longtemps fait parler de lui et mobilisé les moyens nécessaires dont les bureaux d études spécialisés pour sa restauration. Il s’agit de la Casbah d’Alger dont les travaux de restauration ont atteint un rythme accéléré qui a nécessité le concours de l‘Etat pour redorer le blason d’or de ce quartier mythique. De même que la mosquée «Ketchaoua» qui avait rappelons-le, été construite par les Turcs vers le 18ème siècle, vient d’être, à son tour, réhabilitée par une entreprise de restauration des sites historiques turques d’autant plus que sa réhabilitation qui a été réussie, a été faite sur «toutes les normes» selon des spécialistes. Ce savoir-faire turc, spécialisé dans la restauration des sites et monuments, a touché et n’a pas épargné d’autres wilayas du pays. Il est clair que le recours aux compétences dans le domaine de la restauration, vers les entreprises turques, est de notoriété. Au sud-ouest d’Oran, précisément à Al Barki, une mosquée a été construite grâce à une donation de l’entreprise turque «Tosyali». Elle a été construite après la mosquée «Abdelhamid Ibn Badis» dont les travaux avaient, rappelons-le, été achevés par les Turcs après la résiliation du contrat de la première entreprise réalisatrice chinoise. La mosquée Pacha de Sidi Houari s’inscrit d’ailleurs dans le registre des monuments historiques qu’il faut entièrement restaurer si l’on veut réellement parler de sauvegarde du cachet de cette ville et du passage des civilisations.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*